Accueil Economie Le Japon compte sur le Maroc pour sa sécurité alimentaire

Le Japon compte sur le Maroc pour sa sécurité alimentaire

253
0

Le Japon compte sur le Maroc pour renforcer sa sécurité alimentaire dans un contexte mondial marqué par la hausse des prix des nutriments du sol sur fond de ruptures d’approvisionnement causées par le conflit entre la Russie et l’Ukraine.
Dans un communiqué de presse, lors de sa visite à Rabat, le vice-ministre japonais de l’Agriculture, Takebe Arata, a déclaré que son pays cherchait à importer de plus grandes quantités d’engrais et de phosphates du Maroc, en plus des produits d’agrumes.
Il a ajouté, après des entretiens avec le ministre marocain de l’agriculture à Rabat, que « le Maroc est une puissance mondiale dans le domaine des phosphates, et c’est la raison de l’intérêt de mon pays à importer une grande quantité d’engrais », notant que « le Japon entend d’importer des phosphates marocains pour nourrir le sol lors de la prochaine saison d’automne. »
Le volume des échanges commerciaux agricoles entre le Maroc et le Japon est en moyenne de 200 millions de dirhams, dont les exportations marocaines représentent environ 180 millions de dirhams annuels, et se composent principalement de graines de coriandre, de fraises congelées, d’algues et de thym. Le thé vert est importé notamment du Japon.
Le Maroc occupe une place centrale dans les efforts mondiaux de sécurité alimentaire, car il contrôle les plus grandes réserves de phosphate au monde.
Les relations entre les deux pays dans le domaine de la pêche maritime remontent à plus de 40 ans, notamment avec l’accord de pêche qui est en place depuis 1985. La coopération a porté notamment sur les domaines de la recherche et de la formation dans le domaine de la pêche maritime. , et la construction de villages de pêcheurs, en plus de mettre à disposition des experts pour accompagner la mise en œuvre des projets . Dans le domaine agricole, la coopération s’est caractérisée par une dynamique importante au cours des deux dernières décennies, caractérisée par la mise en œuvre de nombreux programmes et projets liés notamment aux aspects de formation agricole, de conseil agricole et d’aménagement hydro-agricole.
OCP avait précédemment révélé qu’il augmenterait sa production de 10% cette année pour répondre à la demande croissante dans un contexte de pénurie mondiale d’engrais causée par la décision de la Russie de suspendre toutes les exportations d’éléments nutritifs du sol.

Lire aussi:  La Banque africaine de développement injecte 1 milliard de dollars pour soutenir l'économie

Abdul Samad Adendin

Marrakech, 2022-05-23 19:44:33 (Maroc-Actu) –

Article précédentUNHCR.. Le nombre de personnes déplacées dans le monde dépasse les 100 millions
Article suivantLe Maroc participe à la Foire agricole internationale de Novi Sad en Serbie