Accueil Economie Le Maroc surclasse les pays d’Afrique du Nord en matière d’assurance

Le Maroc surclasse les pays d’Afrique du Nord en matière d’assurance

1306
0

Le Maroc a pu assurer ses besoins en blé pendant la campagne en cours, malgré la sécheresse et les répercussions de la crise russo-ukrainienne qui ont affecté l’offre mondiale, ces deux pays constituant 30 % des exportations mondiales de blé. Une étude publiée par le Policy Center for the New South, qui a suivi les répercussions de la guerre russo-ukrainienne sur la souveraineté alimentaire de l’Afrique. Selon l’étude rédigée par le docteur en sciences économiques Henry Louis Fidey, cette crise a montré la nécessité de diversifier les sources d’approvisionnement en plus du stockage.

L’étude a confirmé la supériorité du Maroc sur les pays d’Afrique du Nord en particulier et sur l’Afrique en général, pour assurer ses besoins en blé en diversifiant ses sources d’approvisionnement. L’étude a confirmé que seuls deux pays d’Afrique ont réussi à diversifier leurs sources d’approvisionnement, à savoir le Maroc et le Nigéria, tandis que l’Égypte n’y est pas parvenue. Le Royaume est le troisième importateur de blé sur le continent africain, et en 2021 le Maroc a réduit ses importations de blé de 0,7 million de tonnes grâce aux bonnes conditions climatiques qui ont contribué à améliorer la production, et ses importations n’ont pas dépassé 5,5 millions de tonnes. La diversification des sources d’importation de blé du Maroc a permis de sécuriser ses besoins en blé malgré les fluctuations climatiques et internationales, puisqu’il importe 40 % de ses besoins de France, 25 % d’Ukraine, 11 % de Russie et le reste du Canada. Le Maroc importe 5,5 millions de tonnes, réparties sur l’Europe avec un million de tonnes, la Russie avec 0,8 million de tonnes, le Canada avec 0,7 million de tonnes et les États-Unis d’Amérique avec 0,6 million de tonnes. Quant à l’Algérie, l’étude indiquait qu’elle était à un moment considérée comme un panier de provisions pour l’Europe et n’est plus le cas, notant que l’Algérie est le deuxième importateur de blé en Afrique après l’Egypte, avec 7,7 millions de tonnes, sachant qu’elle en produisait 3,6 millions de tonnes pendant la campagne agricole 2021-2022. L’Algérie importe du blé d’Europe, notamment de France et d’Allemagne, et depuis 2021, l’Algérie s’est tournée vers la Russie dans le but de changer sa source d’approvisionnement, notamment la France.

Lire aussi:  Al-Mansoori rencontre Kanoni et Baraka pour alléger le fardeau des prix élevés et des difficultés à fournir des contrats de construction

L’étude a ajouté que quelle que soit la qualité de la nature des relations et alliances extérieures, cela ne devrait pas se faire au détriment de la souveraineté alimentaire, étant donné que ces relations et alliances sont sujettes à des changements et à des développements. Elle a expliqué que le maintien de la souveraineté alimentaire, c’est avoir une ferme qui donne la priorité aux cultures vivrières en premier lieu, dont le blé en premier lieu, ce que l’Algérie n’a pas fait. En Afrique du Nord, ajoute l’étude, deux pays sont fortement menacés par cette crise, à savoir la Libye et la Tunisie, car la Libye fournit depuis l’Ukraine environ 60 % de ses besoins en blé et depuis la Russie environ 15 %, ce qui l’oblige à trouver des alternatives. dès que possible avant Son stock est suffisant pour un mois seulement. Quant à la Tunisie, ses importations de blé connaîtront une augmentation de 33%, compte tenu d’une campagne agricole faible, puisque ses importations au total atteindront un niveau record de 2,5 millions de tonnes.

Lire aussi:  Une approche participative efficace pour parvenir à une mesure intégrée de la qualité du bâtiment fait l'objet des premiers débats au Salon international du bâtiment d'El Jadida

Les importations de blé de la Tunisie représentent 50 % de ses importations alimentaires, alors que ses stocks ne suffisent que pour quatre mois, en plus de la crise de liquidité et de devises fortes qu’elle traverse, ce qui aggrave encore la crise d’approvisionnement et d’importation. Parmi les pays qui subiront prochainement les répercussions de cette crise sur le niveau d’approvisionnement en blé, il y a l’Égypte, la République démocratique du Congo, la Tanzanie et des pays à forte densité de population. En général, les pays d’Afrique subsaharienne en souffriront également, en raison de leur disponibilité sur des stocks faibles avant le début de la crise. Les cours du blé tendre sont passés entre avril 2021 et fin mars 2022 de 230 euros à 376 euros la tonne, soit un niveau record. Euro jusqu’en février 2022, pour remonter à nouveau.

Vous pourriez également être intéressé par :

Les importations de pétrole et de blé exacerbent le déficit commercial du Maroc

Les conflits internationaux et la sécheresse font grimper les importations de blé du Maroc à des niveaux record

almaghrib aujourd'hui

Marrakech, 2022-04-04 12:10:58 (Maroc-Actu) –

Article précédentLe Liban déclare faillite et le gouvernement négocie avec le FMI
Article suivantLes prêts et dépôts bancaires au Maroc approchent le billion