Accueil Economie Le Policy Center for the New South et la Banque mondiale publient...

Le Policy Center for the New South et la Banque mondiale publient un rapport sur la politique commerciale mondiale du Maroc

482
0

Le « Policy Center for the New South » et la « Banque mondiale » ont publié un rapport dans lequel les deux organisations ont examiné les moyens que le Maroc poursuit, à travers ses politiques commerciales et industrielles, pour exploiter les opportunités offertes par les marchés mondiaux.
Ce rapport conjoint, intitulé « La politique commerciale du Maroc : Bilan et perspectives », aborde les tendances générales des politiques commerciales et industrielles du Maroc au cours des trente dernières années, qui ont inscrit le Royaume dans les flux d’échanges mondiaux de biens, de services et d’investissements.
Selon les auteurs de l’avant-propos de cette publication de 527 pages, Jesko Henschel, directeur régional de la Banque mondiale pour le Maghreb et Malte, et Karim El Aynaoui, responsable du Policy Center for the New South, le Maroc continue de bénéficier des avantages significatifs d’ouvrir son économie malgré les défis d’un environnement géopolitique complexe.
Ils ont souligné que la question est également liée à l’intégration croissante des entreprises marocaines dans les réseaux de production transfrontaliers et les réseaux performants dans le domaine de l’exportation et de l’attraction des investissements, notant que le Maroc est considéré comme l’une des économies les plus performantes et les plus stables au monde. la région.
En ce qui concerne les formidables réalisations du pays en matière de réduction de la pauvreté, les auteurs soulignent que, selon les recommandations du nouveau modèle de développement, le Maroc peut mieux performer en termes de convergence des niveaux de vie des citoyens avec leurs homologues des pays voisins.
Selon El-Ainawy et Henschel, le message central porté par les plis des analyses incluses dans cette publication vise à confirmer la capacité du Maroc à déployer davantage d’efforts pour réaliser son plein potentiel commercial, notamment au niveau de l’amélioration de la compétitivité des entreprises exportatrices qui imposer de nouvelles réformes et de nouveaux investissements.
De ce point de vue, les auteurs évoquent le développement des compétences de la main-d’œuvre marocaine, l’amélioration du climat des affaires et l’encouragement de l’investissement privé, ainsi que le maintien de la compétitivité des taux de change, censée prouver une plus grande résilience aux chocs internes et externes.
Après avoir souligné le rôle essentiel des politiques industrielles, commerciales et d’investissement, le rapport a ensuite souligné l’importance du potentiel d’exportation du secteur des services au Maroc, dont la croissance demeure la première source d’emplois du Royaume.
D’autre part, il a mentionné que les exportations agricoles ont également connu de très bons développements au cours de ces dernières années, soulignant la disponibilité de forts potentiels au niveau de la diversification et de la croissance des exportations agricoles vers de nouvelles destinations, avec leur dépendance aux sources d’énergie verte de plus en plus des modes de production plus économes sur les ressources en eau.
Parallèlement, les auteurs ont appelé à la mise en place de nouveaux accords commerciaux nécessaires à l’enracinement et à l’élargissement des relations bilatérales entre le Maroc et l’Union européenne, qui est le principal partenaire du pays dans le domaine du commerce et de l’investissement, notant qu’à l’exception de la France et de l’Espagne , une grande partie du marché européen est cachée aux exportateurs marocains.
Ils ont expliqué que l’accès du Maroc aux marchés africains, qui devrait être stimulé par l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continentale africaine, reste en deçà de son potentiel, notant, en outre, les liens commerciaux à sens unique du Maroc avec les pays asiatiques importateurs.
El Aynaoui et Henschel estiment qu’il est temps pour les agences marocaines et les grandes entreprises privées du Royaume de redoubler d’efforts dans le domaine de la promotion des exportations, et suggèrent de donner plus d’espace aux exportateurs marocains et de renforcer les capacités des agences de promotion commerciale.
En conséquence, la circulaire a démontré que la poursuite des politiques d’ouverture commerciale et le renforcement des efforts pour construire une économie plus compétitive, inclusive et résiliente sont tout à fait dans l’intérêt du Maroc.

Lire aussi:  Le Conseil supérieur des comptes recommande de réviser le prix de l'eau en

Marrakech, 2023-05-31 18:27:56 (Maroc-Actu) –

Article précédentLa coordination des syndicats du secteur des transports appelle le gouvernement à débloquer les subventions aux carburants
Article suivantLe film « Coco Banat » de Safaa Baraka et la série « Kayneh Dhofar » d’Idris Al-Rookh ont été couronnés