Accueil Divertissements Le réalisateur Amin Nassour a déclaré à « Bayan Al-Youm » :...

Le réalisateur Amin Nassour a déclaré à « Bayan Al-Youm » : Certains théâtres arabes ont besoin de s’ouvrir au monde et de voir ce qui se passe autour d’eux en termes de développement du concept de représentation, de mise en scène et d’écriture.

194
0

Une fois de plus, les auteurs marocains consacrent leur position de pionniers sur la scène théâtrale arabe. Après que le metteur en scène Mohamed El-Horr ait été couronné avec sa pièce « Solo » par la troupe Akoon lors de la dixième session du Festival de théâtre arabe, qui a eu lieu en 2018 en Tunisie, et que la metteuse en scène Asmaa Houri ait été couronnée avec la pièce « Kharif » par le Troupe du Théâtre Anafas dans l’édition algérienne, (Neuvième session) En 2017, c’est au tour du brillant metteur en scène Amin Nasour avec l’Ensemble Fawanees de remporter le Prix Cheikh Dr. Sultan Muhammad Al Qasimi lors de la quatorzième session du Festival de Théâtre Arabe organisé à Bagdad du 10 au 18 janvier de cette année, ce qui est la plus grande et la seule récompense de ce festival.
Amin Nassour a gagné avec beaucoup de mérite et avec le soutien des membres du jury, présidé par l’artiste syrien Ayman Zidane, avec sa nouvelle pièce « Trésor… L’histoire de Tuda », produite par la troupe théâtrale Fawanes de Ouarzazate et produite par par le Théâtre Mohammed V.
On sait que le Prix Cheikh Sultan ben Muhammad Al Qasimi de cette année a été en compétition pour 12 pièces arabes du Maroc, d’Irak, d’Egypte, de Tunisie, d’Algérie, de Jordanie, du Sultanat d’Oman et du Koweït, y compris la pièce marocaine « Ecstasia » du Fondation Ard Chaouen pour les Cultures, écrite et dirigée par Yassin. Tailles.
Le jury de la session de Bagdad du Festival de théâtre arabe était présidé par l’acteur syrien Ayman Zidane, et comprenait l’universitaire égyptien Sameh Mahran, l’acteur palestinien Hossam Abu Aisha, le dramaturge libyen Ali Al-Falah et le dramaturge libanais Hisham. Zein Al-Din.
Sept autres représentations théâtrales ont également été programmées hors compétition officielle, dont le spectacle marocain « Kalam » de la troupe du Théâtre Chamat de Meknès, écrit par le Dr Muhammad Barada, préparé et mis en scène par le Dr Faible Bousselham.
Il est à noter que ce festival est organisé chaque année par l’Autorité du Théâtre Arabe, en alternance entre les pays arabes et en coopération avec les gouvernements accueillant la session. La session de Bagdad s’est tenue en coopération avec le Département du cinéma et du théâtre du ministère de la Culture et le Syndicat des artistes irakiens, du 10 au 18 janvier 2024.
A l’occasion du sacre du théâtre marocain cette année en la personne de la pièce « Taknaza… L’histoire de Touda », Bayan a réalisé aujourd’hui deux entretiens avec le metteur en scène Amine Nassour et le directeur artistique des Fawanis Ismail Al-Ouarabi. troupe.
Ci-dessous les deux dialogues :

Lire aussi:  La prédiction la plus tragique des Simpsons : "Malheureusement, ce n'était pas dur".

> Tout d’abord, nous vous renouvelons nos chaleureuses félicitations pour avoir été couronné du Grand Prix du Festival de Théâtre Arabe lors de sa 14ème session à Bagdad. Ainsi, vous avez consacré le statut du théâtre marocain et l’avez honoré dans cette importante tribune. Attendiez-vous personnellement ce prix ? Que signifie pour vous cette récompense, sachant que ce n’est pas la première fois que vous avez le plaisir d’être couronné ?
> A travers votre participation à de nombreuses sessions du Festival Arab Theatre Authority, quelles sont vos impressions sur la session de Bagdad ?
J’ai participé et suivi la plupart des festivals de l’Autorité du Théâtre Arabe. Le festival de l’Autorité peut-il être considéré comme une référence pour mesurer l’état du théâtre arabe et l’ampleur de sa croissance et de son développement par rapport à ce qui est le cas dans divers théâtres du monde ?
En tant que metteur en scène de théâtre, vous portez, avec votre collègue, le scénographe Dr Tarek Al-Rabh, un projet culturel axé sur la recherche dramatique dans les textes de la culture populaire et des arts. À cet égard, vous avez accumulé ensemble des expériences importantes à travers vos voyages dans des régions du Maroc riches en diversité culturelle et linguistique. Pourriez-vous nous parler de cette expérience et comment ? Dessinez-vous ses perspectives ?
Les directeurs de théâtre dirigent souvent des troupes de théâtre permanentes qui servent de laboratoires pour leurs recherches et expériences. Cependant, vous êtes en dehors de cette règle, puisque nous vous voyons chaque saison comme un visiteur accueillant un groupe et une ville des régions du Maroc. Est-ce lié à un choix temporaire ou cela s’inscrit-il dans la stratégie de votre travail dramatique continu et de votre préoccupation dans… Ce type de recherche et d’innovation ?
Ok, je voudrais conclure cet intéressant dialogue avec vous par une question qui, je l’espère, ne vous embarrassera pas, puisque vous n’avez été ni sacré ni nominé au dernier festival national dans sa 23ème session à Tétouan, même si de nombreux avis au festival ont loué votre présentation et votre expérience, mais le comité du festival avait un avis différent. Alors quel est votre commentaire ?
Photographie : Nour Al-Qaysar

Lire aussi:  Bande-annonce de Tadeo Jones 3, qui va "foutre le bordel" à Paris et en Égypte dans sa nouvelle aventure

Marrakech, 2024-01-25 18:00:10 (Maroc-Actu) –

Article précédentInfinix dépasse les objectifs du troisième trimestre 2023
Article suivantL’augmentation du nombre de dissolutions d’entreprises suscite des inquiétudes et remet en question la dynamique économique qui les sous-tend