Accueil L'International Les ministres des Affaires étrangères des États du Conseil de coopération du...

Les ministres des Affaires étrangères des États du Conseil de coopération du Golfe soulignent la nécessité de l’engagement de l’Iran à respecter la souveraineté des pays

106
0

Les ministres des Affaires étrangères du Conseil de coopération du Golfe ont souligné la nécessité pour l’Iran d’adhérer aux principes fondés sur la Charte des Nations Unies et le droit international concernant les relations entre États, y compris les principes de bon voisinage, de respect de la souveraineté de l’État, de non-ingérence dans affaires intérieures, le règlement des différends par des moyens pacifiques et le non-recours à la force ou à la menace. et le rejet du terrorisme et du sectarisme.
Cela est venu dans une déclaration qui a abouti à leur 153e réunion du conseil ministériel à Riyad mercredi, qui a également souligné la nécessité de négociations sur le dossier nucléaire iranien, et de toute négociation future avec l’Iran, pour faire face à son comportement déstabilisateur dans la région, son parrainage de le terrorisme et les milices sectaires, son programme de missiles et la sécurité de la navigation. installations pétrolières internationales. Il a également souligné la nécessité pour les pays du Conseil de coopération du Golfe de participer à ces négociations et à toutes les discussions et réunions régionales et internationales liées à cette question.
Le Conseil ministériel a condamné l’ingérence continue de l’Iran dans les affaires intérieures du Yémen et la contrebande d’experts militaires et d’armes à la milice Houthi, en violation flagrante des résolutions 2216, 2231 et 2624 du Conseil de sécurité, notant l’annonce du gouvernement britannique le 7 juillet 2022, de confisquer les cargaisons d’armes et de missiles avancés de fabrication iranienne dans les eaux internationales. Sud de l’Iran, soulignant l’importance d’empêcher la contrebande d’armes vers les milices houthies qui menacent la liberté de navigation maritime et le commerce mondial dans le détroit de Bab al-Mandab et la mer Rouge.
Le Conseil ministériel a affirmé son plein soutien au Conseil de commandement présidentiel au Yémen et à ses entités de soutien pour lui permettre d’exercer ses tâches visant à assurer la sécurité et la stabilité au Yémen, appelant les Houthis à répondre à l’appel lancé par le Conseil de commandement présidentiel, à entamer des négociations sous la supervision des Nations unies pour parvenir à une solution politique, selon les références. Représenté par l’initiative du Golfe et son mécanisme exécutif, les résultats de la conférence de dialogue national global et la résolution 2216 du Conseil de sécurité, d’une manière qui préserve la souveraineté, l’unité, l’intégrité territoriale et l’indépendance du Yémen.
Le Conseil ministériel a également affirmé ses positions et ses décisions fermes concernant l’Irak, l’importance de préserver l’intégrité, l’intégrité territoriale, la pleine souveraineté, l’identité arabe, le tissu social et l’unité nationale, et son soutien à la lutte contre les groupes terroristes et les milices armées, au renforcement de la souveraineté de l’État et à la l’application de la loi, appelant à ce que le langage du dialogue et de l’intérêt national prévale sur toute autre considération pour surmonter la situation actuelle, qui représente une menace pour la stabilité du pays.
Concernant le dossier libyen, le Conseil s’est dit préoccupé par la récente flambée d’affrontements armés à Tripoli, qui menace la sécurité et la sûreté du peuple libyen et compromet la stabilité du pays. et calme et donner la priorité à l’intérêt national supérieur.
Il a souligné la nécessité de préserver l’accord de cessez-le-feu et d’empêcher l’éclatement d’une nouvelle vague de violence, de cesser de s’ingérer dans les affaires intérieures du pays, de retirer toutes les forces étrangères et les mercenaires de ses terres, de soutenir les efforts pour affronter l’ISIS, de soutenir les efforts des Nations Unies pour atteindre une solution politique et tenir des élections.

Lire aussi:  L'Ordre des médecins du Pérou exige la démission du nouveau ministre de la santé pour avoir encouragé l'utilisation illégale de médicaments

Marrakech, 2022-09-08 19:19:35 (Maroc-Actu) –

Article précédentLe projet de loi de finances 2023 mise sur une croissance de 4,5%
Article suivant« Shatara » de « Theveswein » à Al Hoceima dans le cadre du Festival international de théâtre expérimental du Caire