Accueil Sciences & Tech L’extinction sociale précède l’extinction biologique chez certaines espèces

L’extinction sociale précède l’extinction biologique chez certaines espèces

567
0

Marrakech, 15 févr. (Maroc-Actu) –

Les espèces peuvent disparaître de nos sociétés, de nos cultures et de nos discours en même temps que, ou même avant, leur extinction biologique, à la suite de diverses actions humaines.

Dans une étude publiée dans « Trends in Ecology & Evolution ».un groupe international et interdisciplinaire de scientifiques a découvert que la disparition sociale d’une espèce dépend de nombreux facteurs. Il s’agit notamment de son charisme, de ses valeurs symboliques ou culturelles, de son éventuelle disparition et de son ancienneté, et à quel point son aire de répartition est éloignée et isolée des humains.

Selon le Dr Diogo Verissimo, chercheur au département de zoologie de l’université d’Oxford (Royaume-Uni) et co-auteur de l’étude, « l’extinction d’une société ne se produit pas uniquement dans le cas des animaux, mais aussi dans le cas des humains ».

Comme il l’explique, « l’extinction sociale se produit non seulement chez les espèces disparues, mais aussi chez celles qui vivent encore parmi nous, souvent en raison de changements sociaux ou culturels, par exemple l’urbanisation ou la numérisation de la société, qui peuvent modifier radicalement notre relation avec la nature », et conduire à une perte de mémoire collective ».

Un exemple donné par les chercheurs est le remplacement de la médecine traditionnelle à base de plantes par la médecine moderne en Europe. On pense que cela a dégradé la connaissance générale de nombreuses plantes médicinales, entraînant leur extinction sociale.

Lire aussi:  Preuve de l'existence du plus proche duo de trous noirs supermassifs observé

De plus en plus d’espèces sont menacées ou disparaissent, ce qui les isole de l’homme. Cela conduit à l’extinction de l’expérience : la perte progressive de nos interactions quotidiennes avec la nature. Avec le temps, ces espèces peuvent disparaître complètement de la mémoire des gens.

Par exemple, des études menées auprès des communautés du sud-ouest de la Chine et des populations autochtones de Bolivie ont montré la perte des connaissances et de la mémoire locales concernant les espèces d’oiseaux disparues.

Toutefois, l’inverse peut également être vrai. Les espèces peuvent également rester connues collectivement après avoir disparu, ou même être devenues plus populaires », explique le coauteur, le Dr Uri Roll, chercheur à l’université Ben-Gurion du Néguev en Israël. Cependant, notre conscience et notre mémoire de ces espèces se transforment progressivement. et devient souvent inexacte, stylisée ou simplifiée, et dissociée de l’espèce réelle.

Par exemple, après l’extinction de l’ara de Spix à l’état sauvage, les enfants des communautés locales de son ancienne aire de répartition ont cru à tort que cette espèce résidait à Rio de Janeiro, en raison de son apparition dans le film d’animation Rio.

« La plupart des espèces ne peuvent pas s’éteindre socialement, tout simplement parce qu’elles n’ont jamais eu de présence sociale en premier lieu », déplore le Dr Ivan Jaric, auteur principal de l’étude et chercheur au Centre de biologie de l’Académie des sciences tchèque.

Lire aussi:  Lenovo met à jour ses ordinateurs portables et convertibles ThinkBook et Ideapad Flex et Chromebook

Cela est courant chez les espèces non charismatiques, petites, cryptiques ou inaccessibles, notamment chez les invertébrés, les plantes, les champignons et les micro-organismes, dont beaucoup n’ont pas encore été formellement décrits par les scientifiques et ne sont pas encore connus de l’humanité », poursuit-il. Leurs déclins et extinctions restent silencieux et invisibles pour les gens et les sociétés ».

Le Dr Josh Firth, co-auteur de l’étude et chercheur au département de zoologie d’Oxford, souligne que « les extinctions sociales peuvent affecter les efforts de conservation visant à protéger la biodiversité car elles peuvent diminuer nos attentes vis-à-vis de l’environnement et notre perception de son état naturel, comme ce qui est standard ou relativement sain ».

L’équipe poursuivra ses recherches afin d’évaluer comment les extinctions sociales peuvent donner lieu à des perceptions erronées de la gravité des menaces pesant sur la biodiversité et des taux d’extinction réels, et diminuer le soutien du public aux efforts de conservation et de restauration, comme la réintroduction du castor d’Eurasie au Royaume-Uni.

« L’extinction sociale peut réduire notre volonté de poursuivre des objectifs de conservation ambitieux. Par exemple, cela peut réduire le soutien du public aux efforts de ré-ensauvagement, surtout si ces espèces ne sont plus présentes dans notre mémoire en tant que parties naturelles de l’écosystème », conclut M. Jaric.

Article précédentLes constructeurs automobiles coréens sont en tête pour la fiabilité des véhicules, selon J.D. Power
Article suivantLes modèles de voitures chinoises sont 14% moins chers que leurs homologues européens, selon Sumauto