Accueil Economie L’inflation atteint un niveau record et pèse sur le pouvoir d’achat des...

L’inflation atteint un niveau record et pèse sur le pouvoir d’achat des Marocains

175
0

Le taux d’inflation au Maroc continue d’atteindre des niveaux record, atteignant le niveau le plus élevé depuis 1995, atteignant 8% à la fin du mois d’août dernier, tiré par la hausse des prix alimentaires et du coût des transports.
Les pressions inflationnistes pèsent toujours sur le pouvoir d’achat des Marocains, principalement en raison de la hausse de 14,1% des prix alimentaires, et du coût des transports de plus de 12,8%, selon les données révélées par le Haut-commissariat au Plan, mercredi dernier.
Le rythme de l’inflation au Maroc s’accélère mois après mois, en raison de l’impact des prix du carburant qui pèsent sur la facture des importations en provenance de l’étranger, tandis que les marchés attendent ce que Bank Al-Maghrib décidera le 27 septembre concernant le principal taux d’intérêt actuellement fixé à 1,5 %, soit le taux approuvé il y a un mois. Juin 2020 inchangé.
Bank Al-Maghrib parie sur le retour de l’inflation en dessous de 2% au cours de l’année prochaine. Au cours des derniers mois, il a écarté la décision d’augmenter le taux d’intérêt au motif que l’inflation est importée et ne peut être contrôlée.
Les experts estiment que le taux d’intérêt tient compte des anticipations d’inflation future, qui restent enclines à la hausse à l’heure actuelle. Outre les anticipations de croissance économique incertaines, Bank Al-Maghrib risque de choisir « d’attendre et de maintenir le taux d’intérêt à son niveau actuel, alors que le Centre de Recherche Commerciale (AGR) anticipe une hausse du principal taux d’intérêt de Bank Al-Maghrib ». Maghreb, qui tiendra sa troisième réunion de politique monétaire cette année, mardi prochain.
Le Centre de Recherche Commerciale a indiqué dans sa dernière note «Hebdo Taux Hebdo – Fixed income», relative à la semaine du 16 au 22 septembre 2022, que «le principal taux d’intérêt au Maroc est resté stable tout au long de 2022 à 1,5%, ce qui équivaut à son le plus bas niveau. . A cet égard, nous maintenons le scénario central, qui table au moins sur une hausse du taux directeur d’ici fin 2022. »
Il a ajouté que Bank Al-Maghrib a répondu à la demande bancaire totale en augmentant ses interventions liées aux avances à 7 jours, qui se sont élevées à 1,8 milliards de dirhams, et se sont stabilisées à 39,1 milliards de dirhams à la fin de cette semaine.
Bank Al-Maghrib continue, à quelques jours de sa troisième réunion de politique monétaire en 2022, à réguler le marché monétaire par des injections de liquidités afin de maintenir la stabilité des taux d’intérêt interbancaires au niveau du taux directeur.
Les analystes du centre ont expliqué que cette décision est intervenue après l’accélération de l’inflation et a coïncidé avec la hausse des principaux taux d’intérêt des grandes banques centrales internationales.
Dans un contexte connexe, le gouvernement ne veut pas réduire les impôts, comme l’ont fait un certain nombre de pays, pour freiner la hausse de l’inflation, et a plutôt accordé un soutien financier direct aux travailleurs du secteur du transport de passagers et de marchandises pour réduire les effets de des prix élevés du carburant, mais cela n’a pas montré d’impact direct sur les citoyens.
Revenant sur la dernière note du Haut-Commissariat au Plan, l’indice des prix à la consommation a connu une hausse de 0,3%, à fin août 2022, par rapport au mois précédent, notant que cet écart résultait d’une hausse de 1,5% de l’indice des produits alimentaires et une baisse de 0,5% de l’indice des produits non alimentaires. aliments.
Les hausses des produits alimentaires observées entre juillet et août 2022 ont été principalement liées aux « fruits » de 9,6 %, « poissons et produits de la mer » de 2,2 %, « lait, fromages et œufs » de 1,4 %, et « légumes » et « café ». et thé » et cacao » de 1,1 %, « viande » de 1,0 %, « huiles et graisses » de 0,5 %, « sucres, confitures, miel, chocolat et confiseries » de 0,4 %, et pour les produits non alimentaires, la baisse est principalement lié aux prix des « carburants » à hauteur de 10,1 % .
La plus forte augmentation de l’IPC a été enregistrée à Beni Mellal de 1,3%, Al Hoceima 1,1%, Agadir et Safi 0,9%, Oujda et Tétouan 0,8%, Tanger et Laâyoune 0,6%, Guelmim 0,5%, Meknès 0,4%, Fès 0,3% et Casablanca 0,2 %. En revanche, une baisse a été enregistrée à Settat de 0,6%, Rabat et Errachidia de 0,4% et Marrakech de 0,2%.

Lire aussi:  Les revenus du tourisme ont augmenté de 80% à la fin du mois de mars dernier

< Abdoul Samad Adenden

Marrakech, 2022-09-26 08:52:30 (Maroc-Actu) –

Article précédentItel présente les téléviseurs de la série Android 11 G au Maroc
Article suivantLa triple coordination du transport routier dénonce l’insistance du gouvernement à augmenter le prix du carburant