Accueil Economie L’inflation et le chômage menacent la paix sociale

L’inflation et le chômage menacent la paix sociale

427
0

Comment lutter contre l’inflation sans aggraver le chômage ? Cette question occupe une grande partie de la réflexion économique depuis que l’économiste néo-zélandais Alban Fhillips a théorisé en 1958 cette relation entre le taux d’inflation et le taux de chômage : lorsque le taux de chômage baisse, les salaires augmentent, et les entreprises augmentent en parallèle leurs prix pour restaurer leur profit. marges ; Inversement, les prix baissent lorsque le chômage augmente. Cette relation, connue sous le nom de « courbe de Phillips », est aujourd’hui confrontée à un défi majeur, même si divers cercles associés à l’orthodoxie critique dans l’école ultralibérale de Chicago y croient encore. Cette logique n’est valable que lorsque l’analyse tient compte de la spécificité nationale et ne tient pas compte de l’inflation importée. C’est le cas au Maroc et dans d’autres pays qui souffrent de dépendance. C’est ce qui confirme que les solutions proposées pour lutter contre l’inflation dans les pays développés ne sont pas adaptées à notre pays.

inflation généralisée
Bien que l’inflation ait touché presque tous les pays, l’ampleur de son impact varie d’un groupe de pays à l’autre et ses causes ne sont pas les mêmes dans toutes les régions. Pour la zone euro, l’inflation cette année oscillera entre 19% en Estonie et 4,9% à Malte. Elle table sur un taux moyen européen de 5,1 %. La France aura un taux de 5,6% et l’Espagne un taux supérieur de 7,2%. Aux Etats-Unis d’Amérique, ce taux a atteint 8,6% en mai en rythme annuel, marquant la plus forte hausse depuis 1994 ! Bien sûr, nous ne voulons pas parler de certains autres pays où les taux d’inflation sont fantastiques comme la Turquie, le Venezuela, l’Argentine, le Soudan et le Liban, pour n’en nommer que quelques-uns. Sur cette liste, le Maroc avec un taux attendu de 5,3% se comporte toujours bien, diront certains.
Quant aux sources d’inflation, elles diffèrent également d’un pays à l’autre, même si nous avons pu identifier un dénominateur commun entre tous. Pour les États-Unis et l’Europe, l’inflation actuelle n’est pas seulement due aux retombées de la guerre en Ukraine. Parce que ça a commencé il y a longtemps. La hausse des prix a été initialement tirée par la reprise économique intervenue en 2021, suite à la crise sanitaire. La demande a augmenté trop rapidement sans que l’offre puisse suivre, ce qui a entraîné une hausse des prix.
Partout dans le monde, les familles qui ont accumulé des économies importantes pendant la quarantaine ont commencé à dépenser follement une fois les restrictions levées ou assouplies. Il faut aussi ajouter un autre élément qui a contribué à l’exacerbation du problème, et il est lié à la réémergence de l’épidémie de Covid-19 en Chine, à un moment où ce pays se dirigeait vers le soi-disant « zéro Covid ». stratégie, car elle a porté un coup qui a perturbé la production locale. Cela a eu des conséquences en cascade : un ralentissement des exportations, une perturbation des chaînes d’approvisionnement mondiales et une détérioration de l’offre, qui conduit finalement à une augmentation des prix.
Dans un tel contexte, la guerre en Ukraine a perpétué un phénomène déjà existant. En stoppant les exportations russes et ukrainiennes, notamment d’hydrocarbures ou de blé, le conflit a fait flamber les prix de l’énergie et de l’alimentation.

Lire aussi:  Le groupe marocain Afma ouvre sa filiale en Côte d'Ivoire

Utilisation de recettes monétaires
Pour freiner cette inflation, la Réserve fédérale (la banque centrale américaine) s’est appuyée sur les prescriptions monétaires par un ajustement pour relever le taux directeur. Cela a conduit à une augmentation de leurs taux à court terme de 0,75 point de pourcentage, alors qu’ils étaient quasi inexistants auparavant, puisqu’ils fluctuaient entre 0% et 0,25%, une augmentation jamais vue depuis 1994. Il oscillera désormais entre 1,5% et 1% .75%. Il est prévu de relever à nouveau le taux d’intérêt de 0,5 à 0,75 point d’ici fin 2022 lors de la prochaine réunion en juillet. La Fed prévoit toujours de doubler les taux d’intérêt à 3,4 % et de culminer à 3,8 % d’ici 2023. Mais malgré ces mesures, le président de la Fed a mis en garde contre toute déclaration de victoire, appelant à la prudence avant de déclarer la victoire sur l’inflation.
Pour sa part, la Banque centrale européenne a confirmé qu’elle augmentera les taux d’intérêt en juillet, nous attendons donc sa décision finale et ce qu’elle décidera concrètement.
Dans ces conditions, la décision que devait prendre le Conseil d’administration de Bank Al-Maghrib lors de sa dernière réunion le 21 juin dernier était très attendue. On s’est demandé si la banque centrale suivrait l’exemple de la Fed en augmentant son taux directeur ou préférerait le contraire, c’est-à-dire le maintien du statu quo. Finalement, la dernière option a été retenue. Une décision qui n’est pas passée sans susciter des commentaires et réactions mitigés entre un détracteur et un supporter. Puisque l’économie n’est pas une science exacte, on peut dire que la première option n’est pas entièrement fausse et que la seconde n’est pas entièrement correcte. La vérité se situe peut-être quelque part entre les deux.

La solution la moins nocive
En fait, toute augmentation potentielle du prix global, aussi minime soit-elle, nuirait gravement à l’investissement et donc au marché du travail. Cela entraînerait une stagnation économique et exacerberait le chômage, qui a atteint des niveaux insupportables. De plus, les risques sont importants dans une telle situation de voir le pays sombrer dans la stagflation.
En revanche, le maintien du taux à son niveau actuel de 1,5 %, permet certes d’assurer des conditions relativement favorables au financement des entreprises, mais il pénalise sévèrement les épargnants individuels et institutionnels, tant que le taux de rendement de l’épargne reste inférieur au taux d’inflation. Il y a beaucoup à craindre dans de telles circonstances, y compris le recours aux épargnants pour investir leur argent dans des valeurs refuges telles que l’immobilier et l’or. Par ailleurs, le communiqué de presse du conseil d’administration de Bank Al-Maghrib a confirmé que la banque continuera à suivre « avec attention l’évolution de la situation nationale et internationale ».
Comme il semble, il n’y a pas de solution parfaite. C’est une question de choix et d’anticipation de l’avenir. Compte tenu de la nature de l’inflation au Maroc, qui est essentiellement une inflation importée, Bank Al-Maghrib a préféré opter pour la croissance. Il vaudrait mieux viser plus de croissance créatrice d’emplois quitte à supporter un certain niveau d’inflation, tout en pariant clairement sur un retour à la normale à partir de 2023.

Lire aussi:  Daman Cash, filiale du groupe Bank of Africa, lance sa carte à puce

Le traitement politique de l’inflation
Enfin, il faut préciser que la lutte contre l’inflation n’est pas assumée par Bank Al-Maghrib seule, malgré son souci de protéger la valeur de notre monnaie nationale. Au contraire, cela nécessite un traitement politique par l’autorité gouvernementale. Dans ce contexte, même si nous notons avec satisfaction les mesures prises par le gouvernement pour soutenir le pouvoir d’achat, telles que le maintien des prix du gaz butane et du pain de blé tendre à leurs niveaux antérieurs malgré les prix élevés sur le marché mondial, et l’aide apportée aux professionnels du transport pour atténuer en partie la hausse des prix des carburants, force est de reconnaître que de telles mesures restent insuffisantes et partielles. Elle n’a pas été articulée en une vision globale et bien articulée, elle n’a pas été discutée démocratiquement et elle n’a pas été interprétée en douceur pour l’opinion publique. Pour preuve, nous n’évoquons que la manière dont le gouvernement se comporte face aux appels incessants de toutes parts à « chier » sur le dossier brûlant lié aux hydrocarbures. On ne comprend pas pourquoi le gouvernement hésite à revoir le taux de la taxe sur la valeur ajoutée sur le carburant ? Et de discuter des marges bénéficiaires excessives avec les sociétés de distribution de carburant ? Et pour ouvrir un dossier pour La SAMIR ? Et affronter de front la spéculation, quelle qu’en soit la source ? Et du démantèlement de toutes les formes d’ententes illégitimes, de monopoles déguisés ou d’oligopoles injustifiés ? Et demander à tous les vendeurs d’afficher et d’annoncer les prix ?
Il vaut mieux que le gouvernement écoute attentivement, pour voir quelles actions sont menées ailleurs. Nous sommes d’accord que les temps sont très difficiles. Mais dans de tels cas, les gouvernements sont nécessaires et surtout utiles. Mesdames et messieurs, vous avez la parole !

> Par : Dr Abdul Salam Al Seddiqi

Traduit en arabe par le professeur Abdelaziz Boudra

Marrakech, 2022-07-06 19:30:23 (Maroc-Actu) –

Article précédentLes agents immobiliers enflamment les prix des billets de voyage à l’occasion de l’Aïd al-Adha
Article suivantRAM Sénégal signe un accord avec la communauté mauricienne pour offrir des avantages sur ses vols