Accueil Sciences & Tech Maroc-Actu.-Samsung reconnaît une faille de sécurité qui a exposé le code source...

Maroc-Actu.-Samsung reconnaît une faille de sécurité qui a exposé le code source du Galaxy

749
0

Marrakech, 7 mars. (Maroc-Actu) –

Samsung a confirmé un l’accès non autorisé à ses systèmes qui a exposé des informations internes à l’entreprise, notamment le code source des combinés Galaxy, et a déclaré qu’elle renforçait déjà les protections pour éviter que cela ne se reproduise.

Ce week-end, le groupe LAPSUS$ a affirmé avoir volé des données internes de Samsung, plus précisément 190 Go de données. qui a été partagé via un canal Telegram. Selon les cybercriminels, il s’agit notamment d’informations sur les systèmes d’authentification biométrique ou sur les possibilités de contourner les systèmes de sécurité des téléphones.

Lire aussi:  Xiaomi publie son livre blanc sur la propriété industrielle

Un fait que la société sud-coréenne elle-même a reconnu dans une déclaration partagée avec Bloomberg, dans laquelle elle assure que la violation des données n’a pas affecté les informations personnelles des travailleurs ou des clients.

Les informations volées seraient des données internes de l’entreprise, y compris le code source de certains appareils Galaxy.. « Nous avons pris des mesures pour prévenir d’autres incidents similaires et nous continuerons à servir nos clients sans interruption », indique le communiqué.

Samsung n’a pas identifié le groupe responsable dans sa déclaration, mais Bloomberg établit un lien avec les cybercriminels qui ont récemment « piraté » les systèmes de Nvidia et obtenu l’accès aux données de l’entreprise. des informations internes, telles que les informations d’identification des employés..

Lire aussi:  Maroc-Actu.-Les réseaux sociaux, principaux alliés dans la recherche des personnes disparues en Ukraine
Article précédentLe Peugeot e-Rifter « espagnol » atteint une part de 18,5 % parmi les véhicules commerciaux électriques en février.
Article suivantIran – L’UE exhorte l’Iran à « prendre des décisions politiques » pour conclure les négociations de Vienne