Accueil Economie Nabila Mounib a qualifié la classe moyenne de « disparue du Maroc »

Nabila Mounib a qualifié la classe moyenne de « disparue du Maroc »

525
0

Nabila Mounib, secrétaire générale du Parti socialiste unifié, a appelé à « la plafonnement des prix des matières de base, de l’énergie et des carburants au Maroc, en plus d’augmenter les salaires, notamment les minima et les plus faibles, dans le but d’aider les citoyens à faire face avec la montée en flèche des biens de consommation.

Elle a ajouté, au sein du podcast qu’elle diffuse chaque semaine sur sa page YouTube, que « depuis des années, les salaires sont gelés au Maroc », notant que « la classe moyenne a disparu avec le poids des dettes, face au coût élevé de vie et des salaires qui ne changent pas », notant que « le gouvernement Dans son programme gouvernemental, il a promis de renforcer et de créer une classe moyenne dans le monde rural.

Mounib estime que « le Maroc a besoin d’une révolution dans le domaine de la fiscalité et d’une véritable réforme fiscale qui lui permette de prélever des impôts sur ceux qui possèdent de grosses sommes d’argent, et un impôt sur la fortune pour que le trésor public bénéficie de ressources financières supplémentaires ». « 

Lire aussi:  Prêt Agricole lance un service de dématérialisation des cartes bancaires

Le secrétaire général du Parti socialiste unifié est revenu sur le statut de l’école publique au Maroc, soulignant la « nécessité de la réhabiliter pour qu’elle soit unifiée et libre », et a également exhorté « la réforme du secteur de la santé publique pour assurer la dignité de la citoyenne marocaine, en créant 100 000 postes, garantissant 30 000 postes de médecins et le reste d’infirmiers et d’assistants, Elle a également appelé à la création d’hôpitaux de proximité et à la promotion du monde rural.

Dans le même contexte, elle a évoqué « l’échec du programme du Plan vert », pointant du doigt certains types d’agriculture qui ne correspondent pas au climat du Maroc et à la rareté de l’eau dans le pays, et ont conduit à un épuisement irrationnel des nappes phréatiques pendant des années. .

Elle a déclaré que « le Maroc devrait se concentrer sur les industries manufacturières en créant des petites et moyennes entreprises, même dans le domaine agricole, et en assurant aux Marocains la sécurité alimentaire, hydrique et sanitaire, ainsi que la sécurité énergétique ».

Lire aussi:  L'inflation et le chômage menacent la paix sociale

Mounib a mis en garde contre la cupidité des courtiers, qui conduisent à des prix élevés, appelant le gouvernement à « protéger le consommateur marocain en fournissant un produit sain et en promulguant des lois strictes pour frapper les spéculateurs et les courtiers, d’autant plus que nous approchons du mois ». du ramadan. »

Elle a ajouté : « La sécurité énergétique nous demande aujourd’hui, comme nous sommes un pays qui ne produit pas d’énergie fossile, alors nous exigeons et insistons à chaque fois pour redémarrer la raffinerie de Samir afin de ne pas rester exposés au problème de la libéralisation des prix qui a pris endroit sans surveillance. »

Elle a souligné « la nécessité de réfléchir à la souveraineté nationale du Maroc, et d’arrêter de se soumettre aux institutions financières internationales de manière honteuse, en particulier le Fonds monétaire international, qui nous dicte une politique d’austérité, vidant les poches des citoyens pauvres et enrichissant les riches ».

Vous pourriez également être intéressé par :

almaghrib aujourd'hui

Marrakech, 2022-04-02 17:56:33 (Maroc-Actu) –

Article précédentLe déficit commercial augmente de 57,2 % cette
Article suivantLes importations de pétrole et de blé aggravent le déficit commercial en