Accueil L'International Pérou – L’ancien président péruvien Alberto Fujimori est hospitalisé d’urgence

Pérou – L’ancien président péruvien Alberto Fujimori est hospitalisé d’urgence

694
0

Marrakech, 3 mars. (Maroc-Actu) –

L’ancien président du Pérou, Alberto Fujimori, a été transporté d’urgence jeudi dans un hôpital de la ville d’Ate, près de Lima, la capitale du pays, selon des sources du parti Fuerza Popular.

« Son rythme cardiaque est passé de 40 battements par minute à 160 et il désaturait également. Comme il n’était pas en mesure de compenser, il a été décidé de le transférer à l’hôpital EsSalud de Ate, car le trajet était trop long pour l’emmener à la clinique Centenario (à Lima) », a déclaré le député Alejandro Aguinaga.

Aguinaga a confirmé à Canal N que Fujimori sera ensuite transféré dans la clinique susmentionnée, où il sera traité dans l’unité de soins intensifs.

Lire aussi:  Le président ukrainien s'adresse à des milliers de manifestants européens contre la guerre.

L’ancien président a connu un épisode similaire au début du mois d’octobre, après quoi il a subi une intervention chirurgicale visant à implanter un stent coronaire, à la suite de laquelle « il a commencé à mieux saturer ». « Maintenant, il a encore décompensé. Il souffre d’une fibrose pulmonaire », a déclaré M. Aguinaga.

« Le problème est que (Fujimori) a 83 ans et qu’il a une série de pathologies qui détériorent sa santé », a ajouté le député de Fuerza Popular, le parti fondé et dirigé par la fille de l’ancien président, Keiko Fujimori.

Alberto Fujimori a été extradé du Chili en 2007 pour être jugé pour crimes contre l’humanité pour les massacres de Barrios Altos et de La Cantuta, au cours desquels une vingtaine de personnes ont été assassinées, et pour lesquels il purge actuellement une peine de 25 ans.

Lire aussi:  Le G7 et l'UE restreignent les ventes d'or provenant des réserves de la Banque de Russie

Le gouvernement péruvien a annoncé qu’il allait demander aux autorités chiliennes une nouvelle prolongation de son extradition afin qu’il puisse être jugé pour six autres crimes, dont le meurtre et l’enlèvement.

À la mi-décembre, la justice péruvienne a également approuvé l’ouverture d’une procédure pénale à l’encontre de l’ancien président, ainsi que de plusieurs de ses ministres de la santé, pour l’affaire des stérilisations forcées de près de 350 000 femmes et 25 000 hommes issus de différentes communautés indigènes sous son gouvernement entre 1990 et 2000.

Article précédentCharlie Cox prêt pour une saison 4 de Daredevil moins violente sur Disney+.
Article suivantAECA-ITV et Sernauto offrent une formation conjointe sur les systèmes d’éclairage