Accueil L'International Philippines – La Commission électorale des Philippines maintient la candidature du fils...

Philippines – La Commission électorale des Philippines maintient la candidature du fils du dictateur Ferdinand Marcos

688
0

MANILLE, 10 févr. (DPA/EP) –

La Commission électorale (Comelec) des Philippines a exclu jeudi de traiter les recours déposés pour empêcher Ferdinand « Bongbong » Marcos Jr – fils du dictateur du même nom – de se présenter à l’élection présidentielle de mai, dont il est le favori, selon les sondages.

Les plaintes se fondent sur la condamnation du fils du dictateur en 1995 pour une série d’infractions fiscales, alors qu’il n’a pas rempli ses déclarations d’impôts entre 1982 et 1985.

Le Comelec a jugé que ces demandes n’étaient pas valables et considère que l’absence de déclaration d’impôts n’est pas une infraction suffisamment grave pour empêcher une personne de se présenter à un poste public.

Lire aussi:  La première ministre islandaise confirme avoir été testée positive au coronavirus.

« Est-il intrinsèquement immoral de ne pas remplir ces déclarations ? Nous soutenons que ce n’est pas le cas », a déclaré la Comelec. Une décision « scandaleuse » pour ceux qui ont déposé le recours et qui fera l’objet d’un appel, comme l’a déclaré l’ancienne membre du Parlement philippin et ancienne présidente de la Commission des droits de l’homme du pays, Etta Rosales.

La décision de l’organe électoral est une approbation de la famille Marcos, expulsée des Philippines il y a plus de trois décennies après vingt ans de pouvoir, marqués par la corruption, des abus généralisés des libertés et les excentricités de certains de ses membres, comme Imelda Marcos.

Lire aussi:  Mali - La France met fin à sa plus grande opération à l'étranger en quittant le Mali

Outre « Bongbong », ceux qui aspirent à remplacer le président actuel, Rodrigo Duterte, sont la vice-présidente de l’opposition, Leni Robredo, le sénateur et ancienne star mondiale de la boxe Manny Pacquiao, le maire de Manille Francisco « Isko Moreno » Domagoso et le sénateur et ancien chef de la police Panfilo « Ping » Lacson.