Accueil L'International Ukraine – AI affirme que la fermeture de son site web en...

Ukraine – AI affirme que la fermeture de son site web en langue russe montre que le Kremlin « ne supporte pas la vérité » sur l’Ukraine

993
0

Marrakech, Mar. 11. (Maroc-Actu) –

Amnesty International (AI) a déploré vendredi la fermeture de son site Internet en langue russe, estimant que cette décision montre que le Kremlin « ne supporte pas la vérité sur les horreurs » qu’il a causées en Ukraine.

La directrice d’Amnesty International pour l’Europe de l’Est et l’Asie centrale, Marie Struthers, a expliqué que le blocage du site web russe de l’organisation s’inscrivait dans le cadre de l' »assaut » du Kremlin contre la liberté d’expression après l’invasion de l’Ukraine et a souligné que les citoyens russes « ont le droit de rechercher, de recevoir et de diffuser des informations et des idées de toute nature et provenant de toutes les sources disponibles ».

« Avec le blocage du site Internet en langue russe d’AI, qui a eu lieu parallèlement à la fermeture d’autres organisations de défense des droits de l’homme, de médias indépendants et de réseaux sociaux, le Kremlin montre qu’il ne peut pas supporter la vérité sur l’horreur qu’il a causée en Ukraine », a-t-il déclaré.

Lire aussi:  Ukraine - L'OSCE annonce l'évacuation du personnel de sa mission internationale d'Ukraine

M. Struthers a souligné qu’il s’agit de la dernière tentative en date des autorités russes pour « supprimer les informations » sur les éventuels crimes de guerre commis lors de l’invasion de l’Ukraine et les « cacher » aux internautes de ce pays d’Eurasie.

Elle a donc demandé à Moscou de « débloquer immédiatement » son site web en langue russe et de « permettre aux gens de décider librement des sources d’information auxquelles ils veulent accéder ».

Le régulateur russe des médias, Roskomnadzor, a décidé vendredi de bloquer le site web en langue russe d’AI, ainsi que celui du mouvement de défense des droits de l’homme Golos et de deux médias indépendants, Colta et Vazhnye Istorii.

Roskomnadzor a expliqué dans des déclarations à l’agence de presse russe Interfax que la fermeture de ces sites a eu lieu parce qu’ils ont publié des « falsifications » sur ce qui s’est passé en Ukraine et a précisé que c’est le bureau du procureur russe qui a été chargé de bloquer ces sites.

Lire aussi:  Venezuela - Maduro dénonce le fait qu'Iván Duque ait financé "El Koki" pour installer une base paramilitaire au Venezuela.

« Ces sites ont systématiquement publié des informations non fiables et socialement significatives sur l’opération militaire spéciale menée par les forces armées russes », a-t-il déclaré. Il énumère, par exemple, « les méthodes de conduite des opérations de combat, les pertes des forces armées, les victimes parmi la population civile et les informations appelant à la participation des citoyens à des événements de masse », faisant référence aux manifestations contre l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Au cours des trois dernières semaines, les autorités russes ont réprimé le journalisme indépendant, les manifestations contre l’invasion et toute voix s’opposant à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, notamment en interdisant l’utilisation de termes tels que « guerre » ou « invasion ».

Article précédentPas beaucoup d’oxygène sur la comète de la mission Rosetta
Article suivantUkraine – M. Biden réaffirme qu’une « confrontation directe » entre la Russie et l’OTAN déclencherait une « troisième guerre mondiale ».