Accueil Sciences & Tech Une réunion du Conseil des référents débat des résultats de l’avis du...

Une réunion du Conseil des référents débat des résultats de l’avis du CESE sur la transformation numérique

364
0

Lundi dernier, le Conseil des conseillers, en partenariat avec le Conseil économique, social et environnemental CESE, a organisé une réunion d’étude pour discuter des résultats de l’avis de ce dernier sur le thème « Vers une transformation numérique responsable et intégrée ».
L’organisation de cette réunion d’étude, qui s’inscrit dans le cadre de l’activation des termes de l’accord de partenariat et de coopération conclu entre les deux conseils en décembre 2021, s’inscrit dans le cadre de leur intérêt commun à démontrer la transformation numérique comme une source essentielle d’augmentation de la productivité. , améliorer la compétitivité de l’économie et réduire les différences sociales et spatiales, en particulier compte tenu du poids de la fracture numérique qui s’est intensifiée en raison des répercussions de la crise de Corona.
Il vise également à approfondir et enrichir la discussion sur le sujet afin d’anticiper les paramètres d’une vision globale et claire pour la réussite de la transformation numérique dans notre pays, à l’horizon de la modernisation des secteurs administratif et social et du développement d’une industrie compétitive. .

transition numérique

A cet égard, le Président du Conseil des Conseillers, Al-Naam Mayara, a souligné dans un discours d’ouverture que le Royaume fait encore face à au moins quatre défis dans le domaine de la transition numérique, notant que le premier défi est la numérisation de tous les services publics destiné aux citoyennes, aux citoyens et aux utilisateurs en général.
Mayara a expliqué que la réalisation de cet objectif nécessite l’implication de toutes les institutions et organismes publics concernés par l’accélération de la numérisation de tous les services administratifs et la motivation des utilisateurs à utiliser les plateformes numériques pour accéder aux services administratifs, avec la formation connexe au profit des employés, au rythme de utilisateurs et qualifier l’infrastructure pour généraliser la couverture Internet sur l’ensemble du territoire national.
Concernant le deuxième défi, le président de la Chambre des conseillers a indiqué qu’il réside dans l’adaptation du système juridique pertinent, notamment en ce qui concerne la protection des données personnelles et la protection des groupes vulnérables, ainsi que la protection des utilisateurs du commerce électronique plates-formes. Les troisième et quatrième défis, selon Mayara, se résument à jeter les bases d’une économie numérique compétitive basée sur l’innovation et l’innovation, avec l’accompagnement de la modernisation du système de formation et l’investissement dans la recherche scientifique et les ressources humaines qualifiées. et dans le renforcement de la cybersécurité et de la souveraineté numérique.
Pour sa part, le président du Conseil économique, social et environnemental, Ahmed Reda Chami, a passé en revue les différentes stratégies et programmes qui ont été mis en place pour accélérer la transformation numérique, tels que « Maroc numérique 2013 », « Maroc numérique 2020 » et le lancement de la marque « Morocco-Tech », ainsi que les lois y afférentes, et la création d’un certain nombre d’institutions spécialisées dans ce domaine, telles que le Comité National de Surveillance de la Protection des Données Personnelles, la Direction Générale de la Sécurité des Systèmes d’Information de l’Administration de la Défense nationale et de l’Agence pour le développement numérique.
Al-Shami a souligné que les différents efforts déployés et les initiatives lancées restent insuffisants pour fournir les conditions nécessaires à la réussite du processus de transformation numérique et pour réduire la fracture numérique, que la crise du Covid-19 a contribué à élargir, notant qu’il existe « un nombre de faiblesses et de fragilités sous-jacentes pouvant expliquer cette situation », notamment le retard dans la mise en œuvre des politiques antérieures adoptées pour réaliser la transformation numérique dans plusieurs secteurs, le caractère fragmenté et parfois inadapté du cadre législatif et réglementaire , notamment en ce qui concerne le travail à distance, et un échec à développer et activer une feuille de route nationale pour l’intelligence artificielle.
Il a expliqué que le Conseil économique, social et environnemental envisage, à moyen terme, la contribution du secteur des technologies de l’information et de la communication à plus de 10% du produit intérieur brut, soulignant l’importance de lancer des expériences marocaines pionnières pour les entreprises émergentes. qui atteignent une valeur financière élevée dans les domaines de l’intelligence artificielle et de la technologie financière. et la technologie agricole.

Lire aussi:  Maroc-Actu.-Durov (Telegram) assure que le droit à la vie privée de ses utilisateurs est "sacré".

Possibilité de numérisation

Dans une allocution prononcée à cette occasion, le ministre délégué chargé de la Transition numérique et de la Réforme de l’administration, Ghaith Mazor, a souligné que l’adoption de l’option de numérisation a produit de nombreux ateliers de réforme qui ont permis de réaliser un certain nombre de gains, tant en termes de développement des infrastructures numériques et généralisation de l’accès et des usages numériques, ou en termes de dynamisation des filières Economique.
Le ministre a expliqué que des travaux sont en cours pour améliorer la cybersécurité et la souveraineté numérique afin d’assurer une transformation numérique responsable, notant que l’avis du Conseil économique, social et environnemental a suivi une série de recommandations stratégiques et pratiques qui permettraient de surmonter les différents obstacles qui empêchent l’accélération de la transformation numérique dans notre pays, car il a identifié divers défis auxquels sont confrontés les ateliers de transformation numérique.
Elle a souligné que ces recommandations recoupent le contenu du programme gouvernemental à cet égard, soulignant que le ministère travaille sur une stratégie dans laquelle les différents plans sectoriels de transformation numérique du parcours des bénéficiaires, qu’ils soient citoyens ou entrepreneurs, sont intégrés, et s’appuient sur une méthodologie unifiée centrée sur l’utilité et son pilier est la gouvernance, et les compétences numériques.
Elle a noté que le ministère de la Transition numérique et de la Réforme de l’administration est un partenaire clé pour un certain nombre d’administrations publiques qui les accompagnent dans les différentes étapes de la numérisation de leurs services, dont le ministère de la Justice et le ministère de la Santé, dans le but de placer la qualité services publics numériques à la disposition des usagers, notons à cet égard que l’Agence de Développement du Numérique a lancé la plateforme nationale La e-learning « Digital Academy » est destinée à valoriser les qualifications de l’humain en termes de connaissances et de compétences dans les différents domaines du numérique. les professions. Notamment dans les nouveaux métiers basés sur l’innovation technologique.

Lire aussi:  Les premiers animaux ont évolué pour être forts et agiles.

transformation numérique

Il est indiqué que le Conseil économique, social et environnemental a recommandé dans son avis sur la transformation numérique sous le titre « Vers une transformation numérique responsable et intégrée » l’adoption d’une vision claire afin d’opérer une transformation numérique qui permettrait, dans un délai durée maximale de trois ans, l’ensemble de la population marocaine à avoir accès à Internet à haut et très haut débit. , avec une garantie de bon service dans ce domaine.
Il a également appelé à la modernisation des services administratifs dans un délai maximum de trois ans en numérisant toutes les procédures administratives, en adoptant un cadre réglementaire complet, adaptatif et conforme au développement de la numérisation au niveau international, en renforçant la cybersécurité et la souveraineté numérique, en accélérant la transformation numérique de la contractualisation et du renforcement de l’industrie numérique en s’appuyant sur des partenariats entre les secteurs public et privé, et l’avancement de la recherche et du développement dans le domaine de la transformation numérique.
Les recommandations du conseil comprennent également la mise en place d’une politique nationale sur l’intelligence artificielle, en lui donnant la priorité dans le projet de transformation numérique en raison de son importance stratégique et économique vitale, et en encourageant les entreprises émergentes impliquées dans l’élaboration d’outils et d’applications numériques dédiés à l’introduction de contenus culturels marocains, ainsi que comme l’accélération du mécanisme de performance par téléphone mobile, en intégration avec le reste des autres moyens de paiement électronique au niveau national, afin de remédier au retard enregistré dans l’inclusion financière, et réduire le recours au paiement en espèces.

Marrakech, 2022-06-15 19:14:51 (Maroc-Actu) –

Article précédentLa Biélorussie lance un tracteur agricole autonome avancé
Article suivantFestival international du film et de la migration à Agadir dans sa dix-huitième