Accueil Divertissements Yaza Genini conclut sa tournée cinématographique à Meknès

Yaza Genini conclut sa tournée cinématographique à Meknès

421
0

Le vendredi soir 23 juin 2023, à l’Institut Français de Meknès (Salle du Grand Théâtre), la tournée cinématographique du film « Souk El Khamis d’El Kara » (2022), inédit de la réalisatrice franco-marocaine Yaza Jenini (81 ans), conclu. Cette tournée a été organisée par les Instituts Français au Maroc sous la direction de Mme Chantilly Amblar, chargée d’une mission liée à l’audiovisuel et au cinéma, au cours de laquelle ce film a été projeté et débattu en présence de son réalisateur à Rabat, Casablanca, El Jadida, Marrakech, Agadir, Tanger, Tétouan, Kénitra et Meknès.
Pour enrichir le programme de cette tournée, le film/chef-d’œuvre « Al-Hal » (1981/81D), réalisé par le créateur Ahmed Al-Maanouni et produit par Yaza Geneni, a été projeté, ainsi que le film « Souq Al-Khamis d Al-Kara » (52 minutes), dans tous les instituts français précités, avec un hommage particulier à Lisa. Ils s’intitulent Agadir (vendredi 9 juin 23 au soir, à la salle de cinéma Sahara), dans le cadre des activités de la 14e session du Festival international du film documentaire (Vidadoc), en coordination avec l’Institut français de la capitale de Sousse. Cependant, la direction de l’Institut Français de Meknès a choisi de projeter le film « Le Melhoun… Discours Mesuré » (1989/25D), en même temps que le film « Le Marché du Jeudi… », au lieu de « Al-Hal » du fait que ce dernier était programmé à d’autres occasions dans le cadre de ses activités cinématographiques. Aussi, du fait qu’il a été principalement représenté dans la ville de Meknès avec la participation de personnalités artistiques meknoises (chanteurs et musiciens) qui ont une place et une présence prépondérantes dans l’art du Malhoun, comme Muhammad al-Wali, le feu Hussein al-Tulali, son élève Saeed al-Mufthi et d’autres. Ce qui a donné une touche humaine intime à la rencontre, qui a été activée par l’éminent critique de cinéma Saeed Mezouari, et dans laquelle le directeur de l’Institut français de Meknès, M. Fabrice Mongia, et le directeur artistique du toujours actif festival « FICAM » , Mohamed Bayoudh, a participé efficacement, avant et après la projection du film « Le Malhoun », la présence et la réponse de certains de ceux qui ont participé à Ce film existe depuis plus de trente ans avec leurs questions et leur accueil à son réalisateur et leur chant d’extraits des poèmes d’Al-Malhoun pour la célébrer et sa présence qualitative, y compris les amateurs de cet art original et quelques grands artistes tels que l’actrice Fatima Atef et le dramaturge Bosselham Al-Daif, qui ont fait des pèlerinages pour rencontrer elle et raviver la parenté culturelle et artistique avec elle et avec ses documentaires utiles et agréables .
Le film « Souq Al-Khamis D Al-Kara » est devenu un document audiovisuel qui rappelle des aspects de la vie sociale au Maroc au milieu des années 1990, et des visages artistiques qui ont quitté notre monde (Al-Hajja Al-Hamdaoui en tant que modèle) ou étaient jeunes à l’époque (Awlad Al-Bouazawi) et ainsi de suite. Le film « Al-Malhoun » est également devenu un document connu pour ce genre lyrique/musical populaire et ses grands symboles dans la capitale d’Ismailia.
A l’occasion de la conclusion de cet intéressant tour cinématographique, je vous propose cet article sur Yaza Jenini et ses films, que j’ai préparé dans le cadre de mon travail sur un dictionnaire des réalisateurs marocains, afin de rapprocher les lecteurs des formidables efforts faite par cette femme pendant plus de quarante ans pour documenter plusieurs aspects de notre patrimoine chantant. Musique riche et variée :

Yaza Jenini.. Marocain jusqu’à la moelle

Yaza Jenini est un producteur, réalisateur et arrangeur franco-marocain. Tout au long de sa carrière cinématographique, elle s’est efforcée de documenter différentes couleurs du patrimoine lyrique et musical marocain, en audio et en vidéo, et de les faire connaître au niveau national et international. Avec cette documentation audiovisuelle, j’ai contribué à sa préservation, en gardant à l’esprit que toutes les régions du Royaume regorgent de nombreux chants, danses, chants et tonalités musicales qui sont considérés comme des trésors qu’il convient de préserver en les écrivant, en les étudiant et en les développant.
Cette cinéaste autodidacte, qui a retrouvé ses racines marocaines à travers le cinéma, est issue d’un père et d’une mère juifs marocains. Ils se sont mariés en 1910 dans le village d’Awlad Moumen (près de Wadi Al-Hajar dans la banlieue de Marrakech) et ont eu trois filles. Ensuite, la famille a déménagé à Al-Kara, où un fils et deux filles ont grandi, et après s’être installés à Casablanca, les autres sont nés. . Elle est la plus jeune de ses neuf sœurs et frères, juste avant sa naissance, le 27 mars 1942, sur l’une des routes près de la place Verdun à Casablanca. Sa sœur aînée a émigré en France, suivie par le reste des frères et sœurs individuellement et volontairement. Son père, quand elle était jeune, chaque fois qu’il voyageait pour rendre visite à Al-Kara ou aux enfants Moamen, car elle a hérité de lui son amour fou pour le Maroc et les Marocains. Ce père était vendeur ambulant de fruits, d’olives, d’huile et plus tard de céréales, achetant les produits des champs et les revendant sur les marchés. Cependant, en 1959, il est contraint, accompagné de sa femme et de sa fille Yaza, alors âgée de 17 ans, de rejoindre ses filles et fils sur leur insistance. Depuis cette date, elle s’est installée à Paris, dans laquelle, après l’obtention du baccalauréat, elle a poursuivi des cours universitaires de littérature et de langues anglaise et russe à la Sorbonne et à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), et elle aussi s’est mariée et a eu des enfants.
Lisa Genini n’entendait pas devenir une cinématographique pluridisciplinaire (profitant d’une salle, distributrice, productrice, scénariste et réalisatrice), mais plutôt le hasard a joué un rôle majeur dans son dévouement au cinéma dans ses différentes dimensions. Lorsqu’elle était étudiante à l’université, elle a dû travailler comme hôtesse et chargée de l’accueil et des relations extérieures aux Festivals internationaux du film de Tours et d’Annecy (de 1966 à 1970) en France, après quoi elle est devenue directrice du « Club 70 » salle de cinéma pour professionnels, jusqu’en 1986, et en 1973, elle rencontre par hasard lors d’un dîner avec le romancier et critique de cinéma français Jean-Louis Bury (1919-1979), qui l’incite à regarder le nouveau et bon film marocain à l’époque, « Mille et une mains » (1972), et en effet elle s’est rendue à Casablanca après en avoir été éloignée pendant plus d’une décennie et a regardé le film et rencontré son réalisateur, Souhail Benbarka. Et elle découvre pour la première fois qu’il existe un cinéma marocain, et elle lui propose spontanément de le distribuer en France, en commençant par la salle « Club 70 », sans avoir une connaissance suffisante des mondes de la distribution cinématographique. A cet effet, j’ai créé la société « Sogiaf », qui porte actuellement le nom « Ohra », afin de relancer et d’encourager notamment les films marocains, en termes de distribution et de production, et de les introduire hors du Maroc, ainsi que les films africains. en général. Le début était avec le premier film de Benbarka « A Thousand Hands », son deuxième film « The Oil War Will Not Happen » et son troisième film « Blood Wedding », dans lequel Yaza a joué un petit rôle aux côtés de l’actrice grecque Irene Pappas. Puis, ce fut au tour des films « Alliam Alliam » (1978) d’Ahmed Al-Manouni et « Une blessure au mur » (1978) de Djilali Farhati, qui furent sélectionnés pour participer au Festival de Cannes : Farhati’s film dans la section « Semaine de la critique », et le film d’Al-Maanouni dans la section « Semaine de la critique ». A Look », qui a été mis à jour pour la première fois en 1978, et de là ont commencé les projections internationales de ce dernier film, à travers lesquelles Yaza a découvert pour la première fois le chant et la musique des « Ghiwanes » avec lesquels le film s’ouvrait. Après ces films, « Al-Hal » (1981) d’Ahmed Al-Maanouni (produit par elle), « Amouk » (1982) de Suhail Benbarka, « Hada » (1984) de Muhammad Abu Al-Waqar, et « Asphalt » (1984) par Al-Tayeb Al-Siddiqi ont été distribués. Des films ont également été distribués en France. Des films africains ont été distribués en Afrique, principalement à caractère musical.
A noter que le défunt mari de Yaza, Gérard (décédé en 2013) et leur fille Johan, avaient auparavant participé en tant qu’acteurs au film « Asphalt » au moment du tournage de certaines de ses scènes à Paris en 1983, la première dans le rôle de un policier et père de famille et le second dans le rôle de l’ami de Karimi, le jeune immigré marocain, qui Quelqu’un dont le rôle a été habilement joué par le comédien Noureddine Bakr. Yaza Jenini, qui a aidé à produire ce film, avoue que son réalisateur et grand ami, Al-Tayyib Al-Siddiqi, lui a ouvert les yeux lors de son retour au Maroc à la fin des années 70 sur la richesse de la culture marocaine, un juif marocain qui a utilisé parler arabe mélangeant entre le Sein et le Sein, et sans lui, elle n’aurait pas créé tout ce qu’elle a fait.
Après l’arrêt de la salle « Club 70 », depuis 1987, Yaza Genini a commencé à écrire, réaliser et produire la série « Morocco Body and Soul », qui se compose de 11 courts métrages, et les a complétés avec d’autres documentaires, chacun d’une durée allant de 26 à 90 minutes, réunies. Dans des recueils intitulés «Racines juives marocaines», «Voix du Maroc», «Mélodies en terre amazighe» et «Maroc musical». Cela s’ajoute à sa publication de nombreux articles et textes sur la culture marocaine et de quelques livres, dont « Le Maroc » (1995) et « Le Maroc est un royaume aux 1001 partis » (2001)…
Citons parmi ses films, qui sont au nombre de près d’une vingtaine, et dont les thématiques s’articulent autour de deux grands axes : la diversité musicale marocaine et la composante juive de l’identité sociale et culturelle du Maroc, les suivants : « Al-Aita » (1987/26D), « Mumat’a Tarab sur le Oud » (1987/26). D), « Amdah » (1988/26D), « Les rythmes de Marrakech » (1988/26D), « Al-Malhoun » (1989/26D), « Chansons brodées » (1989/26D), « Chansons du samedi » ( 1989/26d), « Gnaoua » (1990/26d), « Saison » (1991/26d), « Vibrations du Haut Atlas » (1992/26d), « Mariages du Moyen Atlas » (1992/26d), « Retour aux enfants Moumines » (1994/50D), « Concerto pour 13 voix » (1995/90D), « La route de Sidra » (1997/26D), « Pour le plaisir des yeux » (1997/52D), « Rounding Drums » (1999/52D), « Electronic Stories » (2001/30D), « Nuba of Gold and Light » (2007/80D), « Sooq Al-Sabt Al-Kara » (2022/52D).
Son amour sans bornes pour le cinéma marocain et la musique sous ses différentes couleurs l’ont incitée à produire et créer cette série de documentaires, avec caméras 16 et 35 mm et vidéo, pour refléter à travers eux un aspect de la richesse musicale et culturelle du Maroc avec une vision particulière d’un femme fière de son appartenance à la terre de ses parents et de ses ancêtres. Cela l’a également incitée à produire ou à participer à la production et à la réalisation de films d’autres réalisateurs. Dans la première moitié des années 80, elle a contribué à préserver un pan important de la mémoire musicale et culturelle des Marocains en les documentant en audio et en vidéo. Il a également contribué, grâce aux nouvelles technologies numériques, à faire connaître nos nombreux genres musicaux tels que Aita Al-Marsawiya, Malhoun, Ahwash, Ahidous, Dakka, Al-Ilah, Al-Matrouz, Al-Laila, Gnawa, Al-Ghiwan et autres , et en les diffusant largement par le biais de CD, de chaînes de télévision, de sites Web et d’autres médias. Il n’est pas surprenant que Lisa Genini ait été honorée et ses films célébrés à plusieurs reprises lors d’événements artistiques et culturels dans diverses régions du Royaume, car ce qu’elle a fait était un grand travail documentaire pour les institutions, pas seulement pour les particuliers. Bien qu’elle n’ait ni connaissance technique du cinéma ni connaissance académique de la musique, c’est son intuition et sa passion pour ces deux domaines qui ont constitué son principal moteur pour la réalisation de son travail, qui a contribué et contribue à diffuser les valeurs de paix, tolérance et coexistence, avec l’aide d’experts dans les deux domaines.
A noter qu’en marge du festival « Cannes » en 1981, Lisa Genini organise une projection du film « Al-Hal », qu’elle produit en France, où beaucoup le regardent et attirent l’attention de la presse new-yorkaise. Festival. Le grand Martin Scorsese l’admirait ainsi que la musique des Ghiwanes, ce qui lui fit évoquer cette musique dans son film « La dernière tentation du Christ » (1988) et employer une partie de ses manifestations dans son film « Condon » (1995), les deux films qu’il a partiellement tournés aux Atlas Studios Ouarzazate. Au Maroc, Scorsese rencontre le producteur de « Al-Hal » et des membres de la troupe « Nass El Ghiwane », et il choisit ce film marocain pour inaugurer en 2007 la Fondation Cinéma du Monde, qu’il dirige après sa restauration et son renouvellement sonore et image. Ce film a également été projeté en présence d’Omar El Sayed, accompagné de ce grand réalisateur, place Jemaa El Fna, dans le cadre des activités du 7ème Festival International du Film de Marrakech.

Lire aussi:  Prix RSF : La lutte contre le viol, « moins sexy » que la liberté de la presse ?

Marrakech, 2023-07-09 10:30:38 (Maroc-Actu) –

Article précédentL’Agence de Développement du Numérique et Huawei Maroc promeuvent le système d’entreprenariat start-up dans la région Souss-Massa
Article suivantLa Chambre Espagnole de Commerce, d’Industrie et de Navigation renforce sa présence au Maroc