Accueil Auto/moto 89,8 % de l’industrie automobile espagnole subit déjà les conséquences de la...

89,8 % de l’industrie automobile espagnole subit déjà les conséquences de la guerre en Ukraine, selon le CIAC.

653
0

30,7% prévoient des conséquences économiques des sanctions imposées à la Russie

Marrakech, 3 mars. (Maroc-Actu) –

89,9% des entreprises du secteur automobile espagnol subissent déjà les conséquences de la guerre de la Russie contre l’Ukraine, avec des problèmes liés aux importations et aux exportations, selon une enquête menée par le Cluster de l’industrie automobile de Catalogne (CIAC) auprès de 137 entreprises des clusters automobiles espagnols (ACAN, AEI La Rioja, AVIA, CAAR, Ceaga, CIAC, Facyl et GIRA).

Selon les réponses recueillies, 30,7% prévoient que les sanctions économiques imposées à la Russie par diverses organisations internationales auront des conséquences.

En outre, 17% pensent qu’il y aura des difficultés pour voyager et 5,7% s’attendent à des problèmes pour rapatrier les employés des usines situées dans les pays voisins du conflit, si la situation devait s’aggraver.

À cet égard, certaines entreprises se sont inquiétées du fait que des travailleurs des pays de l’Est ont rejoint l’armée ukrainienne pour participer à la guerre et ont quitté leur emploi.

Lire aussi:  Les constructeurs défendent le moteur à combustion comme une solution de mobilité "pour de nombreuses années encore".

RÉDUCTION DE LA PRODUCTION

L’une des premières conséquences des problèmes d’importation et d’exportation est la réduction de la production, non seulement en Russie ou en Ukraine, mais aussi dans les pays voisins.

25,7% des entreprises qui ont participé à la réunion ont une partie de leur activité répartie entre la Russie et l’Ukraine. Quatre-vingt-dix pour cent sont présents en Russie, tandis que 26,7 % sont présents en Ukraine. Certains d’entre eux ont exprimé des craintes quant à la possibilité d’une nationalisation de leurs sièges, bureaux ou usines situés dans ces deux pays.

En outre, 37% des entreprises interrogées déclarent être présentes dans des territoires proches du conflit, tels que la Pologne, la Slovaquie, la Roumanie, la Hongrie, la Finlande, l’Estonie, la Lettonie et la Moldavie. Si la guerre devait se déplacer dans l’un de ces pays, le secteur automobile serait totalement affecté.

Lire aussi:  Tesla va fermer son usine de Shanghai pendant deux jours en raison des restrictions imposées par la Chine sur les produits Covid.

Pour le moment, des marques telles que Renault, Volvo, BMW, Ford et Hyundai ont temporairement suspendu leur production en Russie ou limité leurs exportations vers le pays. D’autres, comme Skoda et Volkswagen, sont allés plus loin et ont décidé de réduire leur production en République tchèque et en Allemagne, respectivement.

La Russie est actuellement le dixième constructeur automobile mondial, avec une contribution de 1,4 million d’unités sur le marché, selon les chiffres de 2020. En termes de matières premières, la Russie et l’Ukraine sont des acteurs clés du secteur automobile car elles sont les principales sources de palladium, de gaz de néon et de câblage de catalyseurs et de semi-conducteurs.

Article précédentRépublique tchèque – Le Parlement tchèque lève l’immunité de l’ancien premier ministre Babis, visé par une enquête pour détournement de fonds.
Article suivantNouvelle espèce de stégosaure, peut-être la plus ancienne connue