Accueil Auto/moto L’ACEA estime qu’un investissement de 280 milliards d’euros est nécessaire dans les...

L’ACEA estime qu’un investissement de 280 milliards d’euros est nécessaire dans les infrastructures de recharge d’ici 2030.

750
0

14 000 points de recharge à installer chaque semaine

Marrakech, 28 Mar. (Maroc-Actu) –

L’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA) a estimé que jusqu’à 280 milliards d’euros devront être investis dans l’installation de points de charge publics et privés, l’amélioration du réseau électrique et la création de capacités de production d’énergie renouvelable d’ici 2030.

Pour atteindre les objectifs de réduction des émissions de dioxyde de carbone (CO2), il faudrait installer chaque semaine dans l’UE jusqu’à 14 000 points de recharge publics pour tous les segments de véhicules, contre moins de 2 000 aujourd’hui, selon le plan d’infrastructure de recharge des véhicules électriques.

Ainsi, on estime que jusqu’à 6,8 millions de points de charge publics seraient nécessaires dans l’UE d’ici à 2030 pour tenir compte de la réduction de 55 % des émissions de CO2 des voitures particulières.

Lire aussi:  S&P relève la note de Stellantis à "BBB" avec une perspective "stable".

C’est presque le double du chiffre avancé par la Commission européenne dans sa proposition de règlement sur les infrastructures pour les carburants de substitution (AFIR), qui est actuellement en cours de négociation au Parlement européen et au Conseil.

Selon l’ACEA, malgré les investissements importants prévus dans ce principe, ils ne représentent qu’une fraction du total des investissements dans des projets d’infrastructure comparables, et apporteraient d’énormes avantages environnementaux.

L’étude estime à 8 milliards d’euros les coûts annuels des infrastructures de recharge publiques, soit environ 16 % des investissements dans la 5G et les réseaux internet à haut débit.

D’autre part, les emplacements, l’espace et les niveaux de puissance requis pour l’infrastructure des véhicules lourds sont sensiblement différents de ceux des voitures particulières.

Ainsi, les camions auront besoin de 279 000 points de charge d’ici 2030, dont 84 % dans les centres de flotte. Les points de recharge restants seront principalement des points de recharge publics, des points de recharge rapide en bord de route, environ 36 000, et des points de recharge publics de nuit, environ 9 000.

Lire aussi:  Iveco Bus fournira 253 autobus à Prague, en République tchèque, jusqu'en 2027

Pour les bus, un total de 56 000 points de recharge sera nécessaire d’ici à 2030, dont 92 % dans les centres de gestion de flotte. Les 4 000 autres points de recharge devraient permettre une recharge rapide en dehors des routes, notamment pour les autobus et les autocars régionaux.

« Le principal défi consiste maintenant à convaincre tous les États membres d’accélérer le rythme de déploiement des infrastructures nécessaires. Nous avons absolument besoin d’une conclusion ambitieuse de la proposition AFIR, tant en ce qui concerne son calendrier que les objectifs qu’elle fixe pour chaque pays de l’UE », a déclaré Oliver Zipse, président de l’ACEA et PDG de BMW Group.

Article précédentIran – M. Borrell affirme que l’accord nucléaire avec l’Iran est « une question de jours ».
Article suivantLa nébuleuse d’éjection Cassiopée A semble être entrée en collision avec quelque chose.