Accueil Economie Latifa Al-Boabdlawi : Il est important de travailler à faciliter les échanges...

Latifa Al-Boabdlawi : Il est important de travailler à faciliter les échanges commerciaux entre les pays de l’OCI

944
0

La directrice générale du Centre islamique pour le développement du commerce, Latifa Bouabdlawi, a consacré l’Agence Maghreb Presse à un dialogue sur le développement et les perspectives du commerce entre les pays de l’Organisation de la coopération islamique, à l’occasion de la vingt et unième réunion de conseillers économiques auprès des ambassades des Etats membres de l’Organisation de la Coopération Islamique accréditées à Rabat :

Quelle est votre interprétation de la situation actuelle du commerce intra-OCI ?
L’espace de l’OCI est un marché large et diversifié qui comprend deux milliards de consommateurs, dans 57 pays membres, en Asie, en Afrique, au Moyen-Orient et en Amérique du Sud.
Le commerce intra-OCI reflète plusieurs aspects de l’intégration entre les tissus économiques des États membres. Ce qui lui confère un réel dynamisme et une tendance à plus de diversification en termes de produits et services mutualistes.
Contrairement à de nombreuses régions du monde, la situation économique difficile n’a pas beaucoup affecté les échanges entre les États membres de l’OCI. Au contraire, la situation liée à la pandémie de COVID-19 a contribué à une augmentation des échanges commerciaux entre les pays de l’OCI entre 2019 et 2021 d’environ 5 %, passant de 701 milliards de dollars en 2019 à 736 milliards de dollars en 2021.
Cette augmentation est attribuée à la hausse des échanges d’énergie, de produits alimentaires et de produits manufacturés, dont les prix ont augmenté au cours de cette période. Entre 2020 et 2021, l’évolution des prix des produits primaires et la hausse du taux de change du dollar ont contribué à une augmentation du commerce intra-OCI d’environ 28%.
De nombreux pays membres émergents, tels que le Maroc, les États arabes du Golfe, la Turquie, la Malaisie, l’Indonésie, le Pakistan et l’Égypte, ont joué un rôle moteur dans le processus de développement du commerce intra-OCI, notamment en ce qui concerne les échanges de produits à haute valeur ajoutée.
En 2021, ces pays représentaient près de 72 % du commerce intra-OCI. Grâce à sa dynamique économique fondée notamment sur les efforts d’intégration dans les chaînes de valeur régionales et mondiales, elle peut entraîner une meilleure diversification géographique des échanges entre les États membres de cette organisation.

Lire aussi:  Les prix des matières premières enregistrent la plus forte hausse en 50 ans

Qu’en est-il des perspectives de ce commerce ?
Compte tenu des signes de résilience du commerce intra-OCI pendant la période post-COVID, nous ne pouvons qu’être optimistes quant aux perspectives à cet égard.
Les initiatives de coopération lancées par les États membres avec l’appui du Centre islamique pour le développement du commerce et d’autres organes subsidiaires de l’Organisation de la coopération islamique permettront de réduire les obstacles au développement du commerce intra-OCI et de promouvoir un partenariat gagnant-gagnant entre les États membres.
Les institutions de l’OCI et les États membres réalisent l’importance d’encourager les entreprises à saisir les opportunités offertes par le marché de l’OCI, qui représente l’un des marchés alternatifs compte tenu de la situation géostratégique difficile en Europe.
Quels sont les facteurs critiques pour le développement futur du commerce intra-OCI ?
Comme je l’ai dit, l’OCI s’étend sur une zone vaste et diversifiée. Le développement du commerce intra-OCI dépend de la capacité des pays membres à mieux explorer les opportunités disponibles dans le but de créer de la valeur dans divers secteurs. À cet égard, il est nécessaire de mieux connaître et analyser les caractéristiques des marchés de l’organisation.
De même, il est important de multiplier les activités de promotion des investissements et du commerce, telles que les expositions, les missions d’affaires et les forums qui rassemblent les acteurs des États membres.
En revanche, il reste important de faciliter les échanges commerciaux en élevant les barrières tarifaires et non tarifaires au commerce.

Qu’en est-il des activités du Centre Islamique pour le Développement du Commerce en 2023 ?
Les activités du Centre islamique pour le développement du commerce pour l’année 2023 tiennent compte des facteurs qui favorisent le développement du commerce intra-OCI. Il s’inscrit dans le cadre de 4 programmes structurels et interdépendants visant à répondre aux préoccupations des Etats membres en matière de développement du commerce et des investissements.
Les activités du premier programme sont liées à des ateliers de formation, des réunions d’information et de sensibilisation sur de nombreux sujets tels que la numérisation des procédures du commerce extérieur, l’activation des accords de l’Organisation mondiale du commerce, notamment l’accord de facilitation des échanges, les négociations commerciales multilatérales et régionales. , ainsi que l’activation du système de préférences commerciales de l’Organisation de la coopération islamique.
Quant au programme de promotion du commerce et des investissements, il comprend l’organisation de plusieurs événements commerciaux au cours de l’année 2023. Il s’agit d’expositions et de salons, dont la dix-huitième foire commerciale au Pakistan, la troisième exposition touristique au Qatar, la deuxième exposition de coton , textile et habillement en Côte d’Ivoire et le cinquième salon du matériel sanitaire et médical au Sénégal.
Cette année verra également la tenue de nombreux forums d’investissement, notamment en Mauritanie et en Côte d’Ivoire. Le centre organisera également des rendez-vous d’affaires, des rendez-vous B2B et des missions d’affaires, ciblant des matières premières dans plusieurs pays comme le café en Ouganda et le coton en Côte d’Ivoire.
Le Centre islamique pour le développement du commerce poursuivra également son programme de renforcement des capacités des très petites, petites et moyennes entreprises de l’Organisation de la coopération islamique sur les sujets liés à l’entrepreneuriat, à l’accès aux marchés internationaux et aux techniques d’importation et d’exportation. Dans le but de faciliter le positionnement des pays sur les marchés internationaux tout en gagnant en compétitivité.
A noter que le Centre islamique pour le développement du commerce lancera son programme d’intelligence économique, s’appuyant sur des outils modernes de communication et d’analyse, en plus de mener des études sur le commerce et les investissements intra-régionaux.

Lire aussi:  Le gouvernement annonce son soutien au redémarrage de la société Samir

Marrakech, 2023-02-06 18:54:51 (Maroc-Actu) –