Accueil Economie Le Conseil Economique, Social et Environnemental recommande un modèle national d’exploitation des...

Le Conseil Economique, Social et Environnemental recommande un modèle national d’exploitation des minerais stratégiques et critiques

673
0

Le Conseil Economique, Social et Environnemental a recommandé la mise en place d’un modèle national d’exploitation et de valorisation responsable et durable des ressources minérales en général et des minéraux stratégiques et critiques en particulier, à élaborer par les différents acteurs concernés (État, collectivités territoriales, le secteur privé, les partenaires sociaux et la société civile).
Dans un avis sur « Les minéraux stratégiques et critiques… un secteur au service de la souveraineté industrielle du Maroc », présenté par le rapporteur supervisant cet avis, Abdallah Mottaki, lors d’une réunion de communication organisée hier mercredi à Rabat, le Conseil a recommandé une une gouvernance participative fondée sur la convergence et la transparence entre l’État, les territoires et le secteur privé. et la société civile, ainsi qu’une exploitation responsable sur le plan social et environnemental et conforme aux dispositions de la Constitution, des lois et des obligations internationales du Royaume.
Selon le conseil, cette exploitation doit intégrer les exigences et les principes de responsabilité partagée entre les générations, en allouant une part des revenus aux générations futures et avoir un impact positif sur l’investissement social et le système environnemental.
L’avis précise également que le secteur doit contribuer à un développement humain durable, à grande échelle et inclusif, et prendre en compte les intérêts de la population dans un cadre de solidarité nationale et territoriale.
Il s’intéresse également à un secteur dont les bénéfices contribuent au développement social et économique des bassins miniers et de leurs populations locales dans le cadre d’une mesure territoriale d’avenir qui contribue au développement d’activités économiques locales autres que les métiers miniers, afin de valoriser la résilience des sources de revenus de la population après la fermeture des mines.
En outre, le Conseil a souligné la nécessité de fournir un secteur intégré au niveau économique, de manière à atteindre le degré le plus élevé possible de valorisation locale des produits par rapport à ceux exportés en tant que matières premières, avec l’identification et le développement de liens avec différents secteurs industriels. , soulignant que ce secteur doit être au service de la souveraineté industrielle du pays, et reposer sur l’innovation et la connaissance.
À cet égard, la même source a indiqué que des travaux devraient être faits pour élargir la portée de toute stratégie nationale pour les minéraux stratégiques et critiques afin d’inclure les « matériaux innovants » qui peuvent résulter de l’évaluation des produits minéraux au cours des dernières étapes de la chaîne de production, indiquant que la conception et les caractéristiques de ces matériaux aux niveaux physique, chimique et fonctionnel les rendent parfois plus performants que les métaux conventionnels.
D’autre part, le Conseil a appelé à analyser l’impact du pôle public chargé de l’exploration minière et des infrastructures géologiques sur le développement du secteur minier, afin de déterminer la meilleure ingénierie institutionnelle possible, élaborer une stratégie d’exploration minière dans le domaine marin national, et lancer les recherches nécessaires basées sur une technologie appropriée.
Sur le plan institutionnel, le Conseil a recommandé d’accélérer l’approbation des textes réglementaires nécessaires à l’activation des travaux du Comité Stratégique des Minéraux, prévu par le projet de loi n° 46.20 modifiant et complétant la loi n° 33.13 relative aux mines), qui assume les missions de définir et de mettre à jour la liste des minéraux stratégiques et critiques.
Ce comité doit également approuver la mise en place d’un mécanisme de vigilance concernant le développement des marchés internationaux et la position du Maroc dans les chaînes de valeur mondiales depuis le stade de la production jusqu’au stade de la valorisation sous forme de produits finaux, ainsi que l’approbation et la émission d’un projet de nouveau statut pour les utilisateurs des entrepreneurs miniers afin d’assurer des conditions de travail décentes. A tous les acteurs du secteur, y compris ceux engagés dans la sous-traitance, ceux engagés dans l’activité minière traditionnelle, et ceux engagés dans les petites et moyennes entreprises, considérant la souveraineté industrielle comme un objectif stratégique dans la voie du développement du Maroc, en plaçant le secteur minier dans en général et le secteur des minéraux stratégiques et critiques en particulier au centre de ce dynamisme.
Dans un contexte connexe, le Conseil économique, social et environnemental a recommandé de réduire les risques auxquels les investisseurs peuvent être confrontés dans le secteur minier et d’améliorer son attractivité en développant une stratégie de financement appropriée des activités minières et la marge de risque, notamment au niveau de l’exploration et pour les petites entreprises minières, en mobilisant des financements au niveau de la Bourse de Dar. blanc.
Il a également appelé à l’inclusion des sociétés de financement opérant dans le domaine des minéraux stratégiques et critiques, y compris les petites entreprises, au sein des activités du Fonds Mohammed VI d’investissement, et à l’adéquation du régime fiscal appliqué au secteur afin d’améliorer son attractivité. aux investisseurs.
Il s’agit aussi de donner la priorité à la recherche et au développement dans le domaine des minéraux stratégiques et critiques : prêts-impôts pour la recherche, créer de nouvelles offres d’innovation dans le secteur industriel pour les minéraux, allouer des budgets à la recherche, construire un réseau de recherche et développement tout en travailler à assurer la coordination entre le secteur minéral et les universités, et encourager l’utilisation optimale des ressources minérales, en soutenant la recherche, l’innovation et l’ingénierie de conception visant à remplacer les minéraux stratégiques et critiques.
Parmi les recommandations du Conseil figurent également la simplification des procédures administratives d’obtention des licences et permis d’exploitation minière, et l’encouragement, par la numérisation, l’accès et l’échange d’informations pertinentes pour les investisseurs du secteur, outre l’adéquation du régime fiscal appliqué aux secteur afin d’améliorer son attractivité auprès des investisseurs.
D’autre part, le Conseil économique, social et environnemental a recommandé de renforcer la productivité du secteur en faisant progresser le système de recherche et développement, le capital humain, et d’organiser les petites et moyennes entreprises en donnant la priorité à la recherche et au développement dans le domaine stratégique et critique. minerais en exploitant les opportunités offertes par les universités et écoles d’ingénieurs marocaines, et en les renforçant dans ce sens. Assurer la disponibilité durable d’un capital humain spécialisé et efficace.
Selon le Conseil, la question est également liée à la nécessité d’encadrer les très petites, petites et moyennes entreprises opérant dans le secteur minier, et de renforcer la régulation des activités minières traditionnelles pour en faire un secteur autonome caractérisé par l’efficacité de ses performances.
D’autre part, le Conseil a recommandé de sécuriser les chaînes d’approvisionnement en minéraux critiques et de réduire la dépendance vis-à-vis des sources externes grâce à l’utilisation de la réglementation préliminaire 1.0 relative aux minéraux considérés comme stratégiques, ainsi qu’aux minéraux classés comme critiques, afin de formuler des politiques qui assurer la stabilité et la durabilité de l’approvisionnement de ces minéraux et diriger les programmes d’exploration. et le développement des ressources nationales.
Il a également appelé à la mise en place d’incitations fiscales et d’aides à la recherche et au développement dans le domaine du recyclage des métaux et à la recherche d’alternatives aux minerais critiques les plus rares ou les plus chers, à la diversification des sources étrangères d’approvisionnement en minerais critiques afin de réduire les risques d’arrêt, et établir un stock stratégique de minerais pour la stabilité économique et sécuritaire du pays, en plus de renforcer la coopération Sud-Sud dans le domaine des échanges commerciaux et/ou des investissements dans le secteur minier.
En outre, le Conseil a recommandé de renforcer le processus national de valorisation des minéraux stratégiques et critiques afin d’assurer un meilleur positionnement dans les chaînes de valeur associées à la transition énergétique et numérique et les orientations du nouveau modèle de développement, en orientant les investisseurs vers des projets de valorisation des minéraux stratégiques et critiques. minéraux critiques, et en donnant la priorité aux industries de valorisation dimensionnelle des minéraux stratégiques et critiques au niveau des gisements Intervention du Fonds Mohammed VI d’Investissement.

Lire aussi:  "Al-Omran Group" signe un protocole d'accord pour la réalisation d'un pôle universitaire et hospitalier à Sharafat

Marrakech, 2023-04-02 18:10:37 (Maroc-Actu) –