Accueil Economie Signature d’une convention de partenariat pour le développement et la promotion de...

Signature d’une convention de partenariat pour le développement et la promotion de l’immobilier industriel et commercial

406
0

Avant-hier, mercredi, à Casablanca, une convention de partenariat a été signée pour développer et promouvoir la propriété industrielle et commerciale et valoriser le patrimoine immatériel des entreprises marocaines, dans le cadre de la Journée nationale de l’industrie.
Cette convention, paraphé par le ministre de l’Industrie et du Commerce, Riad Mezour, et le directeur général de l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale, Abdelaziz Babaqi, et le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc, Chakib Laalaj, vise à établir un cadre général de coopération visant à promouvoir l’utilisation efficace des outils de la propriété industrielle et commerciale, notamment par des procédures de sensibilisation et de formation.
Dans le même cadre, une deuxième convention a été signée entre la Confédération générale des entreprises du Maroc et le ministère de l’Industrie et du Commerce en vue de définir les bases du partenariat entre les deux parties pour l’organisation annuelle de cette journée nationale.
Cette journée nationale, organisée sous les auspices de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a été l’occasion de lancer la Banque des Projets, ainsi qu’une plateforme de valorisation des brevets que le secteur privé est fortement mobilisé pour promouvoir l’industrie nationale.
Laalaj a souligné, dans son allocution lors de l’ouverture de la première session de la Journée nationale de l’industrie, qui est organisée à l’initiative du ministère de l’Industrie et du Commerce et de la Confédération générale des entreprises du Maroc, l’implication du secteur privé dans la consolidation du l’industrie nationale et l’accélération de la création d’emplois grâce à l’investissement.
Il a souligné que cette session inaugurale se veut une plateforme de dialogue entre les secteurs public et privé, sur des sujets qui sont au cœur des intérêts des acteurs industriels marocains, notant que l’objectif de cet événement est de définir une feuille de route claire. et des mesures concrètes pour « accélérer la mise à niveau de notre industrie dans les années à venir ». Créer des opportunités d’emploi durables pour nos jeunes.
de son côté, Le ministre de l’Inclusion économique, des Petites entreprises, de l’Emploi et des Compétences, Younes Al-Sakuri, a déclaré que la création d’opportunités d’emploi dépendait de la création d’un système industriel dynamique.
Al-Sukuri a souligné que l’industrie, étant un atelier stratégique pour l’économie nationale, est un secteur majeur pour la création d’opportunités d’emploi et un catalyseur pour l’investissement productif.
Pour sa part, la ministre de la Solidarité, de l’Inclusion, du Social et de la Famille, Awatef Hiar, a mis en exergue les différents secteurs de l’industrie nationale qui nécessitent des compétences féminines, évoquant, à cet égard, les domaines de l’ingénierie et des technologies dans lesquels les capacités de la femme marocaine sont classée au niveau mondial.
Elle a également mis en lumière la deuxième partie liée au secteur de l’innovation frugale, appelant à se concentrer sur l’attention portée aux différentes régions du Royaume, compte tenu du grand potentiel qui en regorge.
« On ne peut pas parler d’amélioration des opérations, de la productivité, des coûts et de la qualité, sans investir dans la formation des ressources humaines et la formation de base », a déclaré Benchaaboun, lors d’un atelier organisé dans le cadre des activités de la première session de la Journée nationale de l’industrie, organisée sous le haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.
Dans ce contexte, il a expliqué que l’investissement peut concerner les mécanismes de fonctionnement et d’amélioration des opérations à moyen et long terme, ainsi que l’aspect immatériel, notamment la partie liée à la recherche, à la formation et au système d’information, ajoutant que la formalisation des opérations est nécessaire pour atteindre la qualité requise et l’accès aux marchés mondiaux. .
Pour sa part, le ministre des Transports et de la Logistique, Mohamed Abdel Jalil, a souligné l’importance de l’efficacité logistique comme levier de compétitivité industrielle, citant l’exemple des infrastructures logistiques liées à l’industrie du phosphate dans les plateformes de Jorf Lasfar, le nouveau port de Safi, ainsi que le port de Laayoune.
Abdel Jalil a également mis l’accent sur trois principaux défis qui doivent être relevés à l’heure actuelle, qui sont l’efficacité énergétique, la décarbonisation et la numérisation de l’économie, ainsi que la flexibilité des chaînes d’approvisionnement face aux crises et aux chocs.

Lire aussi:  "Masi Index" monte à la Bourse de Casablanca

Zainab Kontit (journaliste de formation)

Photographie : Aqil Makaw

Marrakech, 2023-03-30 19:26:37 (Maroc-Actu) –

Article précédentLancement de l’application d’information « Alfa Falah » pour éradiquer l’analphabétisme fonctionnel chez les agriculteurs
Article suivantLe Conseil Economique, Social et Environnemental recommande un modèle national d’exploitation des minerais stratégiques et critiques