Accueil Economie Le projet de loi de finances pour l’année 2023… Existe-t-il une sortie...

Le projet de loi de finances pour l’année 2023… Existe-t-il une sortie de crise ?

418
0

Le Premier ministre a transmis à ses ministres une circulaire relative à la préparation du projet de loi de finances pour l’année 2023. Il y a quelques jours, le ministre de l’Économie et des Finances a présenté successivement devant les deux commissions parlementaires un exposé détaillé sur « l’exécution du budget pour l’année 2022 ». , préparant le projet de loi de finances pour l’année 2023 et présentant la programmation budgétaire pour les trois prochaines années (2023-23). 2025). Les deux documents se complètent et méritent d’être lus et analysés ensemble pour se faire une idée précise de la situation de notre pays et du contexte social et économique dans lequel se prépare le prochain projet de loi de finances. Il convient également de prendre en considération la présentation du Gouverneur de Bank Al-Maghrib devant Sa Majesté lors de la présentation du rapport annuel de la Banque à l’attention de Sa Majesté. Sans négliger d’autres documents et données, comme le rapport de la Banque mondiale, qui renvoie à son titre passionnant : « La reprise économique s’essouffle », faisant implicitement référence à l’année de sécheresse et à l’état de pénurie d’eau dont souffre le pays. Et last but not least, la publication du Haut Commissariat à la Planification du Budget Prévisionnel Economique pour l’année 2023 alerte le pays sur la gravité de la crise. Au cours de sa conférence de presse, le Haut-Commissaire n’a pas utilisé de mots vagues. En homme averti, il appelait un chat un chat, adressant son adresse à ceux qui voulaient comprendre que nous étions entrés dans une phase de crise qui pouvait durer longtemps.

La phrase inquiétante et dérangeante était lancée, la phrase de la crise. Après une courte détente au cours de l’année 2021, considérée comme l’année du rattrapage, le Maroc est entré dans un état de crise qui s’est manifesté à plusieurs niveaux : le taux de croissance pour l’année en cours oscille entre 1% et 1,5%, selon diverses estimations ; le déficit budgétaire s’est aggravé (-6,4% contre -5,6%) ; Le déficit du compte courant s’est aggravé (-5,2% contre -2,3%), le déficit commercial s’est aggravé après l’évolution mitigée des exportations (9,2%) et des importations (14,2%), et la dette du Trésor a augmenté de plus de 3 points de PIB car elle passé de 68,9% à 72,1% ; Une hausse massive du taux d’inflation de 5,3% (et 7,8% pour les denrées alimentaires qui touchent les personnes à faibles revenus) contre 1,4% en 2021. Il est fort probable que le taux de chômage suivra dans le même sens. Sans cela, cela ne peut pas être logique, malgré les chiffres relativement rassurants du deuxième trimestre 2022 publiés par le Haut-Commissariat au Plan, selon lesquels le taux de chômage est passé de 12,8% à 11,2% entre le deuxième trimestre 2021 et le deuxième trimestre. de 2022, après avoir créé 133 Un millier de postes ont été pourvus durant cette période. Il faudra donc attendre les résultats de l’année pour apprécier la situation réelle du marché du travail.

Lire aussi:  Laalj confirme la disponibilité des entreprises marocaines à offrir leur expertise dans le domaine des énergies renouvelables au profit de la Mauritanie

Dans cette atmosphère sombre, quelques étoiles brillantes apparaissent devant nous pour porter chance, porteuses d’une lueur d’espoir. Elle réside dans le comportement relativement positif des recettes fiscales qui s’explique par certaines composantes, comme l’impôt sur les sociétés, avec le taux de croissance élevé enregistré en 2021, soit 7,9 %. Ainsi, à l’exception de la taxe sur la valeur ajoutée intérieure et des revenus générés par les transmissions des entreprises et des établissements publics, les autres ressources ont connu des taux de croissance à fin juin 2022 compris entre 57,3% pour l’impôt sur les sociétés et 5,1% pour l’impôt sur le revenu. . Globalement, les ressources ordinaires ont augmenté de 23,5% à fin juin 2022 par rapport à la même période en 2021, soit un montant supplémentaire de 28 milliards de dirhams.

On le voit, la situation est préoccupante. Cela ne peut s’expliquer uniquement par la perturbation des chaînes de valeur mondiales et la guerre entre la Russie et l’Ukraine, deux facteurs externes auxquels il faut ajouter la grave sécheresse à laquelle nous assistons cette année. Elle est plutôt due en grande partie à la fragilité de notre économie et à sa forte dépendance au marché mondial. La crise du Covid a mis en lumière notre fragilité sociale et les limites de certaines options économiques, au point que tout le monde parlait d’un Maroc post-Corona qui représenterait une rupture avec le Maroc dans la période précédant l’apparition de la maladie. Le rapport de la commission spéciale chargée de préparer le nouveau modèle de développement va généralement dans ce sens. Cependant, à ce jour, ce rapport est resté lettre morte à de rares exceptions près. Nous en parlons et nous y référons comme le fait le gouvernement. Mais pas plus. En tout cas, les choses avancent au ralenti faute de réelle perception et de volonté politique forte. Seuls les chantiers sociaux et structurants lancés par le Roi progressent à un rythme globalement satisfaisant, dont notamment le projet de loi-cadre portant sur la généralisation de la protection sociale et la réforme de notre système de santé.

Lire aussi:  L'Algérie rejette la demande américaine d'augmenter l'approvisionnement en gaz

Ainsi, en lisant attentivement la note d’orientation du Premier ministre, on retrouve les mêmes prescriptions : des sédatifs uniquement pour apaiser la douleur d’un patient qui souffre et a besoin d’un vrai traitement. Alors que le pays a besoin d’un vrai coup de pouce et d’un vrai traitement pour les maladies dont souffre notre société et que le gouverneur de Bank Al-Maghrib a courageusement identifiées, à savoir la lutte contre la corruption et le démantèlement de l’économie rentière, le gouvernement donne l’impression qu’il ne vraiment exister. Ainsi, on ne trouve, parmi les priorités assignées à la prochaine loi de finances, aucun impact sur la lutte contre la corruption, devenue un véritable fléau qui ravage la société. La lutte contre l’économie rentière était traitée comme si elle était passagère alors qu’elle devenait la source de tous les problèmes. La réforme fiscale telle qu’envisagée par la loi-cadre votée à l’unanimité par le Parlement vacille toujours, privant le pays de ressources supplémentaires estimées par la Banque Mondiale à 12% du PIB !! L’équivalent de 160 milliards de dirhams, une somme suffisante pour financer la protection sociale, éradiquer la pauvreté, inonder le pays de services publics de qualité, soutenir le pouvoir d’achat et surmonter la crise…

Bien sûr, nous ne jetterons pas le bébé avec l’eau de lavage. Le document propose quelques mesures positives qui s’expriment actuellement sous forme de bonne volonté. Nous jugerons le document le moment venu sur la base des chiffres et des faits une fois la loi de finances préparée. Nous sommes actuellement en phase de lancement de la préparation du projet, qui nécessitera des échanges entre les différents services et un arbitrage de dernière minute. Mais il ne faut pas attendre des miracles ni voir une issue à la crise, du moins à court terme. Oh mon Dieu, si le gouvernement nous convainquait autrement.

Traduit en arabe par : Professeur Abdelaziz Boudra

Posté par Abdul Salam Al Seddiqi

Marrakech, 2022-08-10 18:00:36 (Maroc-Actu) –

Article précédentDiffusion de la compensation familiale selon une approche basée sur le soutien direct
Article suivantLa reprise du secteur touristique après les années de crise