Accueil Divertissements Lecture de l’œuvre théâtrale de l’écrivain Osama Al-Sarwat : « Hammam Al-Saada...

Lecture de l’œuvre théâtrale de l’écrivain Osama Al-Sarwat : « Hammam Al-Saada » et « Fa’el Al-Nisa » sont deux textes centrés sur la personnalité de la femme dans la même veine.

280
0

Le trésor théâtral a été renforcé avec la publication de deux scénarios de théâtre du dramaturge Oussama Al-Sarwat. Le premier porte le titre : « Le Hammam du Bonheur » et le second : « Fayel Al-Nisa ». L’écrivain est considéré comme l’un de ces jeunes chercheurs qui ont eu pour objectif de s’engager dans l’écriture théâtrale et de dessiner les éléments qui constituent le texte dramatique, selon une vision qui sculpte à partir du social et du quotidien. L’écrivain a également produit un ensemble de textes théâtraux, dont : « La Mashina » 2016 et « Zahra Liam » 2018. À cela s’ajoutent deux ouvrages critiques : « Sur les rives de la race marocaine » 2022 et « Recherches en éclairage théâtral ». 2021.
Au contact de ces deux textes dramatiques : « Hammam Al-Saada » et « Fa’el Al-Nisa », que l’écrivain les a inclus dans un seul livre, on peut presque discerner la nature de cette combinaison, étant donné qu’ils s’appuient sur le même schéma de tromperie et de tromperie dans le personnage de la femme qui est présente comme personnage principal dans les deux textes théâtraux. Bien que les formes d’action dramatique diffèrent dans la construction de cette intrigue.
Dans le monodrame « Le Hammam du bonheur », les événements se déroulent dans l’espace de la salle de bain, où l’histoire se déroule dans les mots de « Masouda », le personnage principal, qui racontera les mondes et les secrets enfouis à l’intérieur de ce lieu. « Masouda » supporte toutes les dépenses de cette salle de bains, car elle travaille comme « sitter » sous l’autorité de son amie, qui partageait avec elle le même métier et la même tâche. Il s’agit de « Fatna » qui est devenue la nouvelle propriétaire des bains et a changé son nom en « Fati » pour oublier son passé misérable, qui la qualifie de « gardienne », et qui a pris le contrôle de toutes les affaires, a resserré son emprise sur le Hammam du Bonheur, et a forcé « Masouda » à se conformer à ses ordres et à s’occuper seule de tous les travaux des bains publics. C’est une personne opprimée qui vit dans la pauvreté et rêve d’ouvrir un bain public réunissant hommes et femmes jusqu’à ce qu’elle trouve un mari qui la soulagera de ce fardeau et de la domination de « Fatna ». « J’ai entendu dire qu’ils sont sortis et se sont mélangés… Hé, on est à l’ère de l’égalité et c’est normal… Après toi et moi, on va se disputer, donc on a peur qu’il y ait une boîte qui va me détourner de ceci à l’autre », pp. 15 et 16. Dans cette situation, « Masouda » a continué à être une personne paisible, loin de toute forme de tromperie et de tromperie, « Shada Tigari », p. 18. Contrairement à d’autres qui utilisent leur corps comme ornements, embuscades et tentations, afin de s’emparer de la proie et de gagner le butin, c’est le même acte qui a été planifié par « Fatna »/Fati » qui a piégé le vieux Madani Hajj Malik Al. -Hamam dans ses pièges. Il y a eu de nombreuses situations dramatiques, à travers le jeu dramatique et le diagnostic du dialogue entre « Masouda » et Al-Hajj, et « Masouda » et son nouvel employeur, « Fatna/Fati », pour découvrir un ensemble de secrets.
L’histoire continue en révélant les mondes d’intrigues dont l’héroïne était « Fatna »/Fati, qui a provoqué le meurtre de la femme de Hajj al-Madani, afin qu’elle puisse l’épouser par cupidité pour l’héritage. Après sa mort, elle devint propriétaire des pigeons et réussit son plan trompeur, lorsqu’elle transforma son corps en un moyen de tenter et de posséder le vieux Hajj. .
C’est une révélation qui vit de l’attente et du rêve du mari qui fera le bonheur de « Massouda » au milieu de cet espace, « le Bain du Bonheur », et dans laquelle l’histoire s’arrêtera et se terminera lorsqu’il annoncera d’un coup que les toilettes seront fermées en raison de l’épidémie de Corona.
Le deuxième texte théâtral, « Fayel al-Nisa », va dans la même direction que le texte théâtral monodramatique précédent, « Hammam al-Bonheur », en termes d’intrigue et de déclenchement du meurtre planifié par la femme. Son titre porte également cette affirmation comme une indication claire que cet acte est lié à la femme, puisque la femme est présente en tant que personnage. Principal dans les deux textes dramatiques, même si les formes d’actions dramatiques y diffèrent. Ainsi, dans « Fa’ayel Al-Nisa », nous trouvons un texte divisé en six personnages, mais les principaux moteurs de ses événements sont « Al-Ghaliya » et « Al-Aliya », les épouses du Hajj Al-Mahdi, qui ont dépouillé lui de sa virilité et il devint pour eux un serviteur obéissant, faisant tous les travaux ménagers, et il n’hésitait pas à exécuter toutes leurs demandes. Et soumettez-vous à eux.
Al-Ghalia lui a retiré son nom et lui a choisi le nom « Maimon », d’après le singe avec lequel son père travaillait dans l’épisode. Quant à Aliya, elle lui a donné le surnom de « Al-Mamoun », un nom qui lui rappelait celui du chien qui gardait le corral : « Dabba, je suis tantôt un chien, tantôt un singe. Que Dieu vous récompense » p. 8. Sa mère aimait se reproduire et avoir des enfants, alors il l’a épousé avec Al-Alia, puis avec Al-Ghalia lors du deuxième mariage, après quoi elle est décédée et l’a laissé dans une situation difficile, victime de deux femmes, en attente d’enfants. /apportant. Ainsi, il deviendra clair qu’il n’est pas leur véritable père, mais plutôt qu’ils descendent d’un autre agresseur, à savoir « Hisham » Khalil Al-Ghalia, qui a été à l’origine de leur grossesse, en échange d’argent, par manque d’argent. le désir de gagner l’héritage du Hajj Al-Mahdi. Mais Hisham continuera de faire pression sur les deux épouses et de les faire chanter avec une somme d’argent importante, en échange de la dissimulation de ses actes, de la filiation des enfants et du silence. Face à cette situation difficile, les deux épouses décidèrent de se débarrasser définitivement de lui en l’empoisonnant, ce qui lui arriva effectivement, mais la coupe empoisonnée qui lui était préparée fut bue par Al-Hajj en raison de la corruption du plan. prévu par Hisham. Al-Hajj est mort accidentellement empoisonné alors qu’il buvait l’amertume de la trahison et de l’honneur de ses deux épouses.
Les deux textes dramatiques sont unis par le même thème associé au complot des femmes, à l’exploitation des femmes, à la tromperie et à la tromperie, cherchant à améliorer leur situation et à sortir du cycle de la pauvreté, qui est la même perception que les personnages principaux des deux les textes de théâtre avaient. L’écrivain a reflété ces situations dramatiques à partir d’un langage issu du même dictionnaire quotidien de la société et dans un espace public qui est le théâtre des actions et des intrigues des femmes. L’écrivain a fait preuve de créativité en décrivant certains personnages, avec des descriptions sarcastiques, afin d’être cohérent avec la nature de la structure dramatique et de donner au texte dramatique un fort sens d’expression. C’est ce que nous avons observé à propos de la personnalité du Hajj al-Mahdi (Fayel al-Nisa). Si nous considérons les noms des personnages théâtraux dans les deux textes dramatiques, nous constatons qu’ils sont sculptés avec perfection et portent des significations qui indiquent le caractère de ces personnages, et c’est ce que nous voyons dans « Masouda », qui rêve de bonheur. (Le bain du bonheur). Également dans les noms « Aliya » et « Ghaliya », bien que la différence réside dans la ponctuation de la troisième lettre d’entre eux. Le caractère d’Aliya est une indication d’éminence, d’altitude et de prestige : « Nous ne savons pas qui est celui qui a donné naissance à Al-Qa’a et l’a vendu, ni vous ni moi, l’autre fille d’Al-Qa’a. Halaïki », p. 37, et « Al-Ghaliya », qui a cinq ans de moins qu’Al-Aaliya : « Baqaa est jeune et belle », p. 36.
« Le Hammam du Bonheur », c’est « Fayel al-Nisa » d’une autre manière. Il s’agit d’un texte interconnecté qui reflète le même thème des machinations des femmes, même si la division formelle les sépare, et le premier texte s’est transformé en un monodrame qui raconte des faits depuis l’intérieur du « Hammam du Bonheur ». Le deuxième texte inclut également les « actes féminins », en employant l’image de la femme, principal moteur de ces actes criminels.

Lire aussi:  Buzz contre l'empereur Zurg dans la bande-annonce épique de Lightyear

Écrit par : Talebi El-Tohamy

Marrakech, 2023-12-14 18:00:49 (Maroc-Actu) –

Article précédentLancement du programme de « redynamisation » du secteur rural par la création d’opportunités d’emploi et d’entrepreneuriat dans le secteur agricole et semi-agricole dans la région Fès-Meknès.
Article suivantLa deuxième séance du Conseil d’Administration de l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires s’est tenue