Accueil Economie Les craintes d’une crise de liquidité et d’une éventuelle fermeture de banques...

Les craintes d’une crise de liquidité et d’une éventuelle fermeture de banques en

460
0

Les autorités économiques ont émis l’hypothèse que le Liban entrerait dans une crise de liquidités en monnaie locale, ce qui pourrait pousser les banques nationales à des fermetures massives, dans un pays qui connaît des circonstances exceptionnelles difficiles et des crises économiques successives. L’Association des banques du Liban a déclaré que la grève était un avertissement contre ce qu’elle a qualifié d’« arbitraires » certaines décisions judiciaires, en référence aux ordonnances en vertu desquelles les avoirs de 7 banques ont été gelés depuis le 14 mars et 6 de leurs dirigeants ont été empêchés. de voyager.

Les banques libanaises sont paralysées depuis l’effondrement du système financier en 2019 sous le poids d’énormes dettes publiques causées par des décennies de corruption, qui ont privé les déposants de leur épargne. Dans la capitale et ses succursales, pour commencer les procédures de saisie des actifs des deux succursales de la banque et de les sceller avec de la cire rouge, ce qui a soulevé des questions sur la justesse de cette décision. Avec des déposants pour des raisons dont elle n’est pas responsable, et elle ne peut pas supporter les conséquences des politiques financières antérieures et des mesures déloyales émises par les autorités compétentes qui en ont fait un bouc émissaire contre les déposants, ni être victime de prises de position populistes émises à la suite de positionnement politique, ou de supporter des mesures illégales prises à son encontre.

Dans son communiqué, l’association a indiqué que « continuer à prendre des mesures arbitraires et illégales contre les banques porte atteinte au secteur bancaire et aux intérêts des déposants, notamment au vu des répercussions négatives de ses relations avec les correspondants bancaires étrangers, et constitue également un coup fatal au reste de l’économie libanaise », dénonçant « des mesures illégales et des pratiques arbitraires ». Et des campagnes de diffamation lancées par de nombreuses instances officielles et non officielles, et des procédures judiciaires illégales et arbitraires entachées du défaut de dépassement des limites de l’autorité.

Lire aussi:  Le Maroc attend l'arrivée du gaz naturel et le ministre de la transition énergétique

Des experts bancaires ont fait part à « Sky News Arabia » des craintes que le Liban n’entre dans une crise de liquidités en monnaie nationale, en plus d’une escalade exceptionnelle du contentieux ouvert entre banques et références judiciaires, avec des décisions successives de saisie de fonds. Il s’agit d’une décision de clore collectivement l’alerte, et de demander au gouvernement et à la Banque centrale du Liban d’intervenir pour convenir d’une solution à la crise.

« Certains dans le secteur bancaire vivent, et nous avions des dépôts bancaires d’une valeur de 170 milliards de dollars, et la production locale au Liban se situe entre 55 et 60 milliards de dollars. Ce n’est plus vrai, et nous vivons actuellement un ralentissement au Liban », a déclaré Mohamed Fahili, un expert des risques bancaires au Liban, a déclaré à Sky News Arabia. Économiquement sévère au point que les dépôts sont tombés dans les limites de 100 milliards de dollars ou moins, et le produit national est tombé à moins de 20 milliards de dollars par an, en plus du fait que la balance des paiements est devenue négative, et les importations sont tombées de 22 milliards dollars à seulement 7 milliards de dollars, ce qui indique que les besoins du Liban La liquidité qui maintient la roue économique qui était sur la bonne voie s’est estompée.

Fahili a expliqué que « le traitement de tout crime commis par une banque ou l’un des principaux actionnaires de la banque consiste à émettre une décision judiciaire dans la banque ou les principaux actionnaires, et en conséquence, il s’adresse à un organisme d’enquête spécial dans le cadre des dispositions de la loi , et la commission examine les raisons de ce qui a été décrit comme le crime, et soumet ses recommandations au Conseil central de la Banque du Liban. Le Conseil, à son tour, étudie la question, puis il est soumis à la Commission bancaire supérieure, qui a compétence pour fermer ou maintenir la banque en service. La compétence appartient à la Banque du Liban, sous l’égide de laquelle toutes les banques opèrent.

Lire aussi:  Les constructeurs automobiles orientent leurs investissements vers le Maroc

Il a ajouté : « Le pouvoir judiciaire rend des décisions populistes, malheureusement, en réponse à l’un des blocs politiques », en référence au Courant patriotique libre, le parti du président de la République. « Ce qui est disponible à l’heure actuelle auprès de l’autorité monétaire est suffisant pour sécuriser les liquidités dont l’économie libanaise a besoin, en livres et en dollars libanais. l’impression de la monnaie, et il a pris la décision de tarir la masse monétaire de la livre libanaise pour soulager les pressions inflationnistes.Cependant, la guerre russe contre l’Ukraine a imposé des pressions inflationnistes en raison du choc d’offre négatif, car les matières premières ne sont plus disponibles et leurs prix ont augmenté, et ces pressions ont créé l’Inflation, ce qui signifie que les billets collectés par la Banque du Liban sur le marché pour assécher la masse monétaire n’ont plus rien à voir avec ces pressions, car elle peut les regonfler pour permettre au consommateur libanais de consommer.

Fahili a souligné « la nécessité d’activer la consommation pour maintenir la roue économique au Liban facile ». L’argent liquide consiste à garantir les liquidités nécessaires, car la Banque du Liban peut les garantir pour l’économie nationale en raison du ralentissement de la taille de l’économie globale. Fahili a conclu en disant : « Ce dont nous avions besoin depuis deux ans aujourd’hui, nous en avons besoin d’un dixième pour maintenir la marche de la roue économique, et ce qui est demandé à la Banque du Liban pour revoir les règles. Le choc entre lui et le banques et entre lui et les commerçants, et l’expansion de l’utilisation de la plate-forme d’échange en termes de ne pas la limiter à un montant en espèces en échange d’un montant en espèces, pour inclure les comptes bancaires par rapport aux comptes bancaires.

Vous pouvez également être intéressé

Marrakech, 2022-03-20 06:47:50 (Maroc-Actu) –

Article précédentFacebook ajuste sa politique pour menacer l’armée russe et interdit les appels
Article suivantLa NASA annonce l’ouverture d’un échantillon prélevé sur la lune