Accueil Economie Les « lobbyistes » et l’inaction du gouvernement font monter le prix...

Les « lobbyistes » et l’inaction du gouvernement font monter le prix des œufs à des niveaux sans précédent

88
0

A l’heure où le prix des œufs ne cesse d’augmenter, les Marocains craignent que le prix de cette matière ne s’étende et que sa flamme ne s’étende jusqu’au prochain mois de Ramadan, d’autant plus que les familles pauvres en dépendent pour fournir les protéines nécessaires à l’organisme et pour compenser la privation de viande, qu’elle soit rouge ou blanche, dont les prix se sont stabilisés depuis un an. « Alali. »
Comme on le sait, la demande d’achat d’œufs augmente pendant le mois de jeûne, car ils décorent les tables du petit-déjeuner, en plus d’être utilisés dans la préparation de nombreux repas riches en acides aminés, que les familles marocaines consomment après la période de constipation, pour ne pas mentionner leur utilisation dans la préparation de divers types de friandises. Et des aliments pendant ce mois sacré.
Face à ce coût toujours élevé des produits alimentaires et énergétiques de base, qui atteint un niveau insupportable, en particulier pour les classes pauvres, y compris la classe moyenne, qui n’a plus d’impact en raison des conditions sociales et économiques du moment, les œufs ont a atteint des chiffres records ces derniers jours, le prix de la dinde atteignant plus de 1,60 dirhams l’œuf, tandis que celui de l’œuf local a dépassé les 2,80 dirhams, ce qui menace les tables des pauvres et va accroître leurs souffrances durant le prochain mois de Ramadan, les prévient-il. de plus en plus d’austérité et de privation même des matériaux de base pendant le jeûne.
Des sources professionnelles ont imputé la responsabilité aux principaux producteurs d’œufs qui forment des lobbies de contrôle et contrôlent les marchés des œufs, citant la baisse des prix des œufs alimentaires pour poules à l’échelle internationale. Malgré cela, ajoutent ces sources, cette « clique » maintient les prix à un niveau élevé sur les marchés locaux. Sous prétexte de compenser ses pertes durant la période de quarantaine, oubliant qu’elle a bénéficié d’une aide de l’Etat d’un montant de deux milliards de dirhams au secteur avicole durant ces périodes, selon les mêmes sources.
Tout cela survient alors que le gouvernement parle actuellement longuement de ses préparatifs pour le mois béni du Ramadan, en s’attaquant à toutes les pratiques qui perturbent le fonctionnement normal des marchés locaux et en activant des mesures légales d’injonction contre les contrevenants, à travers le travail du comité mixte régional de suivi et le travail des comités locaux. Où est ce gouvernement dans ce qui se passe actuellement ?

Lire aussi:  Attijariwafa bank ouvre le centre "Dar Al Mokawlil" à Kénitra

Marrakech, 2024-02-07 18:59:02 (Maroc-Actu) –

Article précédentLe lancement de la projection spéciale du film « Un nez et trois yeux »
Article suivantLes participants échangent sur la transformation numérique et les enjeux de la cybersécurité