Accueil Divertissements Théâtre marocain entre sacre et clownerie

Théâtre marocain entre sacre et clownerie

176
0

Alors que nous célébrons la Journée mondiale du théâtre comme le reste des théâtraux du monde, une jurisprudence administrative fait surface de notre réalité théâtrale, stipulant que les salles des centres culturels affiliés au ministère de la Culture soient affectées à des séances de cinéma cinq jours par semaine, et les deux jours restants de la semaine pour d’autres activités culturelles. L’affaire semble injuste pour le théâtre à première vue, et bien que les caractéristiques de cette décision ne soient pas encore claires en raison de l’absence du document réglementant cet horaire, et des justifications qui ont poussé l’administration à prodiguer sa générosité au cinéma et à ses gens, et réduire le temps du théâtre, dans ce qui circule parmi les gens du théâtre comme « l’invasion du cinéma ». En attendant que soient déterminés les contours de cette politique et de ce choix, les dramaturges ne cachent pas leur appréhension sur le cheminement de leur art, qui ne peut guère se débarrasser d’une réalité avant d’entrer dans une réalité nouvelle, sans que l’incident récent ne signifie que nous sommes contre le cinéma, car le théâtre a été l’art le plus présent et le plus préféré par rapport au reste des arts. L’autre – même par les cinéastes eux-mêmes, qui le considèrent comme subordonné et complémentaire.
Cette année, à l’occasion de la Journée mondiale du théâtre, nos dramaturges évoquent des moments de succès dont ils sont fiers et se souviennent des victoires qu’ils ont remportées sur la scène arabe ces dernières années. La source de cette fierté réside peut-être dans le pouvoir du théâtre qu’ils créent d’établir des relations fortes avec tous les genres créatifs et littéraires, tels que la poésie, les romans, les nouvelles, l’histoire, l’imagination et les mythes. Et d’autres arts qui ne sont pas présents comme décorations, mais qui sont liés au théâtre dans une relation organique.
En janvier dernier, la troupe Fawanis Al-Warzaziya est revenue avec le Prix Cheikh Dr. Sultan bin Muhammad Al-Qasimi après avoir remporté le grand prix du Festival de théâtre arabe organisé par l’Autorité du théâtre arabe à Bagdad dans l’Irak bien-aimé, avec une pièce des profondeurs. de la terre marocaine avec ses histoires, légendes et musiques.. « Teknaza ​​​​Story of Tuda » nous avait fait sursauter. Nous étions heureux à Bagdad et nous nous embrassions contre notre réalité dans laquelle la pièce a échoué entre nous lors de notre fête nationale à Tétouan. Tekanza n’est rien d’autre qu’une des scènes de théâtre qui émane d’entre nos doigts et surgit de notre terre. Il ne s’agit pas tant de la première station de sacre que d’une continuation des couronnements précédents qui se sont répétés avec la génération des dramaturges marocains modernes. Avant cela, la pièce « Fati Ariane » du premier festival de monodrame de Zarqa en Jordanie a été couronnée du prix de la mise en scène pour Moulay Hassan Al-Idrissi et du prix de la meilleure actrice pour Safiya Zenzouni. Ensuite, la pièce « Shams » du metteur en scène Amine Boudriga pour la troupe « Coursin » a été couronnée du prix « Tanit d’Argent » dans le cadre des activités de la 24ème session des Journées du Théâtre de Carthage en Tunisie, et sa pièce « La Jube » de la même Le metteur en scène a remporté le grand prix du Festival de Théâtre Africain de Rabat. Avant cela, « Shatara » avait remporté trois prix au Festival international de théâtre expérimental du Caire, la pièce « Brenda » avait remporté le grand prix de Jordanie et un autre prix majeur avait été remporté par « Jardins des secrets » de Carthage, en Tunisie. Avant tout cela, Asmaa Houri, représentante de la femme marocaine, a remporté le Prix du Festival Arabe. C’est donc un aboutissement de notre théâtre marocain, dont nous ne pouvons qu’être fiers.
Si nous avons le droit de célébrer nos couronnements et de remplir le monde de bruit autour de nos victoires, alors l’œil de l’esprit exige que nous ne soyons pas complaisants à l’égard de ces moments éphémères, et que nous ne nous contentions pas de répéter « l’Année Zein », basée sur le fait que ces récompenses ne peuvent pas représenter la vérité absolue et l’image toujours circulante de notre théâtre ? Nous savons que cette affaire est liée aux dérapages d’une époque pleine de déséquilibres et de déceptions. À chaque saison, quelques œuvres se démarquent et seulement une ou deux œuvres se démarquent, et la caravane continue de se déplacer avec des œuvres sans créativité, ce qui signifie que notre arène théâtrale manque de forte concurrence créative et esthétique, comme en témoigne le fait que les créateurs des œuvres Eux-mêmes ne se sentent pas complets dans leur réalisation, et leur passion continue de se manifester envers la valeur de leur travail, et la sincérité de leurs visions du théâtre, et peut-être que les plus honnêtes d’entre eux doutent de l’incohérence des moments de l’œuvre. , ou l’ensemble de l’œuvre.
La vérité incontestable est que nous sommes face à des arbres qui regardent encore vers leur propre horizon, s’étendent dans les cieux de la créativité et regardent vers les sommets de la beauté, et en même temps enracinés dans notre sol marocain et profondément ancrés dans le profondeurs de vérité et de beauté sublime. Ces buissons cachent une forêt de lacunes et de maux qui affectent les différents aspects de la pratique. Nos créateurs ne font rien de mal à les dénoncer, à les mettre du doigt et à les faire connaître pour que les récompenses ne soient pas des bulles qui nous aveuglent de la réalité de notre théâtre marocain.
Le plus douloureux d’entre eux est peut-être l’implication de certaines personnes influentes dans les représentations théâtrales, et s’imposent en participant à plus d’une œuvre, quelle que soit la nature du diagnostic, de la mise en scène, de la scénographie ou de tout « sabotage » quel qu’il soit. Dans certains cas, ils forment un lobby, partagent un « lobby » et distribuent des gâteaux, et leur cupidité peut aller jusqu’à impliquer les épouses, les beaux-frères et les enfants, souvent sous le couvert d’une bannière client implicite et d’un appel téléphonique. recommandations des personnes sur la solution et le contrat.
Peut-être que certains de ces bénéficiaires n’hésitent pas à produire des « œuvres » vulgaires et burlesques, enveloppées de trivialité, de médiocrité et d’absurdité, enveloppées de superficialité et de vulgarité et ceintes de bandes flasques et désintégrantes. Ils marchent dans nos rues avec des yeux avides, poussés par des caprices et des intérêts, et pagayent les bras retroussés pour mendier, mendier, mendier et essuyer sur le pas de la porte. Toutes les portes constituent une sorte d’opposition au message du théâtre envers la société et ses citoyens.
De nombreux dramaturges sont devenus avides de salaires qui dépassent presque la modestie et se précipitent vers les tables du malheur qui les frappe, le tout avec une sorte d’impudence dans la législation et la mise en œuvre du phénomène.
Ces profiteurs, tyrans et prétendants ont un plus grand impact sur notre scène que les dramaturges qui commettent des erreurs, non seulement parce qu’ils s’imaginent posséder un moi créatif, mais aussi parce qu’ils volent le rêve des autres, par manque de créativité et par possession d’imagination. , capacités créatives maigres et faibles. Ils ont des aspirations mirages… et ce qui est pire, c’est que ce genre se multiplie, et des dizaines de troupes naissent d’une seule troupe, dont beaucoup existent sur papier et se reproduisent comme des champignons sans réelle créativité et sans élan artistique. Les rêves qui manquent de la source d’une vie théâtrale fascinante sont avortés, et ainsi des vies vides continuent aussi longtemps que la grande majorité de nos créateurs manquent de conscience aiguë, de formation profonde et de culture large. Ce qui n’est accessible qu’à un petit groupe, pas seulement à ceux qui remportent des prix.
La situation actuelle a produit des manifestations et des phénomènes offensants pour le théâtre marocain, qui révèlent un terrible déficit de créativité, auquel s’ajoute la répétition d’une seule œuvre de création et la présentation à chaque fois de nouveaux titres. Nos amis – que Dieu leur pardonne – estiment que le public marocain n’a pas de mémoire. Il est impossible de tromper les astuces consistant à changer le titre et à changer les noms. Les acteurs, un changement de décor, et un renouvellement de l’affiche, comptant l’œuvre comme une nouveauté pour son propriétaire. Les opérations de camouflage ne peuvent pas apporter de sérieux dans l’œuvre, ni de nouveauté dans la présentation, et peut-être que la pâleur de la faculté de créativité de ces personnes les a poussés à recourir à des méthodes de propagande et à des formes de promotion de leurs œuvres. Le plus odieux d’entre eux est peut-être leur attribution à des scribes rémunérés dont les plumes sont remplies d’un lexique d’éloges et d’exagérations dans chaque œuvre qui est mélangé dans le temps et dans l’espace, alors ils fabriquent des déclarations et peignent. Ils ont des pages sur les réseaux sociaux et peuvent avoir sali les pages de certains journaux, surtout si leur travail a reçu le soutien d’un des partis, avec la complicité d’un député ou d’un parti spécifique. De plus, une nouvelle maladie est apparue dans notre théâtre liée à l’éclipse de l’équipe de travail, car le chef de la troupe se contente souvent du plus petit nombre possible de participants pour terminer le travail, de sorte que chacun d’eux interprète plus d’un travail, ou plus d’un rôle, et le nombre d’acteurs ne dépasse souvent pas deux ou trois personnes, et peut-être que l’équipe de travail était limitée aux membres d’une même famille ou à des amis proches. Ce qui laisse prévaloir la médiocrité et crée le chaos dans le goût artistique. Peut-être que le résultat de ce type de travail est marqué par l’échec en raison de l’incapacité de ses propriétaires à atteindre la renommée à laquelle ils aspirent, c’est pourquoi ses dirigeants recourent à des astuces et créent des rôles grâce auxquels ils obtiennent des gains immédiats rapides et superficiels dont le temps théâtral est responsable. à jeter dans la poubelle de l’histoire.
Parce que nous célébrons la Journée mondiale du théâtre, nous ne voulons pas perturber la célébration en énumérant les déséquilibres et les maux qui affligent notre théâtre. C’est pourquoi nous disons que nous avons évité de parler de la régularité de la saison théâtrale, car c’est la première étape dans le développement de l’acte théâtral, et nous avons évité de parler de l’ancien style d’écriture dramatique qui continue de se répandre dans le monde. Nos scènes, et nous nous sommes abstenus de parler de la question des papiers de soutien, et non des performances, et des noms de soutien, et non des œuvres, et nous avons fermé les yeux sur la question des comités de théâtre : leur composition, leurs modes de fonctionnement et les lois qui les réglementent. . Nous avons évité de parler de tout cela pour célébrer avec les fêtards et nous prions Dieu en ce mois sacré pour que notre théâtre se termine bien. .
C’est l’occasion à laquelle je dois encourager la jeunesse théâtrale marocaine, qui ces dernières années se réjouit des récompenses dans le monde arabe, et revient à notre extase avec son assiduité, et creuse dans le roc d’une réalité théâtrale avec de nombreuses promesses. aspects. C’est sur ces épaules que repose le rôle du théâtre pour résister à la sécheresse culturelle et en faire un théâtre marocain plein d’images, de couleurs, de joie et de corps qui embrassent l’expérience humaine avec ses langues mixtes.
Une dernière remarque : le monde ne peut pas célébrer la Journée mondiale du théâtre cette année avec la même sérénité qui règne parmi eux chaque année théâtrale. Les représentations sincères ont cessé et le théâtre humain est devenu silencieux, et tout cela a été remplacé par des écrans montrant les crimes humains les plus horribles : famine, surveillance, tirs isolés et toutes les formes de meurtres de femmes et d’enfants, enterrement des vivants, et la démolition… Les maisons, le déplacement des immigrants et d’autres schémas auxquels divers types de prophètes ont participé. Nous ne pouvons qu’avoir honte de nous-mêmes à une époque humaine qui a transformé tous les humains en spectateurs scandant d’une voix étranglée : « Arrêtez la guerre ».

Lire aussi:  Premières images énigmatiques de la saison 4 de Stranger Things

Marrakech, 2024-03-26 18:00:37 (Maroc-Actu) –

Article précédentSignature à Rabat d’un accord sur les règles d’usage éthique des technologies
Article suivantLe Maroc continue de battre des records d’exportation d’avocats appauvris en eau