Accueil L'International Ukraine – La Turquie ferme le Bosphore aux navires de guerre dans...

Ukraine – La Turquie ferme le Bosphore aux navires de guerre dans le cadre de la Convention de Montreaux

896
0

Marrakech, 1 Mar. (Maroc-Actu) –

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Çavusoglu, a confirmé lundi que les navires de guerre ne seront plus autorisés à traverser le détroit du Bosphore en vertu de la convention de Montreaux de 1936, à l’exception de ceux basés en mer Noire.

« Nous avertissons les pays côtiers et non côtiers qu’aucun navire de guerre ne passera par le détroit. Nous appliquons les dispositions de Montreux », a déclaré M. Çavusoglu lundi, confirmant que le passage ne sera pas bloqué pour les navires retournant à leurs bases en mer Noire.

« Jusqu’à présent, les Russes demandaient si nous allions mettre en œuvre Montreux si nécessaire. Nous leur avons dit que nous appliquerions l’accord à la lettre », a déclaré le ministre turc des affaires étrangères, ajoutant qu' »il n’y a eu aucune demande de passage par le détroit », selon l’agence de presse Anatolie.

Cette prérogative turque de bloquer le passage des navires de pays en guerre n’a qu’un caractère symbolique car la Russie a déjà une grande partie de sa flotte à Sébastopol sur la péninsule de Crimée, occupée depuis l’Ukraine en 2014.

« Personne ne devrait douter que notre pays surmontera la crise dans le nord de la mer Noire, ainsi que tous les défis récents. La Turquie est désormais un État qui a atteint le niveau de production et de mise en œuvre de ses propres politiques avec ses infrastructures politiques, économiques, technologiques, militaires et de renseignement », a déclaré le dirigeant turc sur son profil Twitter officiel.

Le ministre turc des affaires étrangères avait déjà rappelé dimanche que les navires militaires des pays en guerre ne peuvent pas traverser entre la mer Noire et le Bosphore car la Turquie « ne fait pas partie de la guerre ».

Lire aussi:  Selon l'Ukraine, la région de Kherson est au bord de la catastrophe humanitaire suite à l'offensive russe.

« Dans ces conditions, nous allons appliquer l’accord de Montreaux. L’article 19 est très clair. C’était une attaque russe. Nous l’avons étudié avec des experts, des militaires et des avocats. C’est maintenant une guerre, pas une opération militaire, mais officiellement un état de guerre », a déclaré Çavusoglu à CNN Turk.

SITUATION EN UKRAINE

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, s’est quant à lui exprimé lundi dans un discours à la nation au sujet de l’invasion russe en Ukraine, soulignant que la Turquie est « vraiment attristée » par la situation.

« Nous sommes actuellement en train d’emmener nos citoyens de différentes villes en Roumanie, d’abord en train, puis dans notre pays. Nous apportons également toutes sortes de soutien aux citoyens de pays amis et frères qui demandent à être évacués », a-t-il déclaré, selon l’agence de presse.

À cet égard, il a souligné qu’ils « surveillent de près » le statut des navires et camions turcs dans les ports ukrainiens, ainsi que les citoyens qui se trouvent dans le pays : « Jusqu’à présent, 5 000 de nos citoyens ont quitté le territoire de l’Ukraine et se sont rendus dans notre pays et dans d’autres pays ».

M. Erdogan a également expliqué qu’ils avaient pris les mesures nécessaires pour faire face à la crise dans le pays, en avertissant par exemple les habitants de quitter la région. « Le 22 février, Turkish Airlines a fourni les outils nécessaires à nos citoyens et aux citoyens d’autres pays qui souhaitaient quitter l’Ukraine grâce à des vols fréquents et de grande envergure. »

Lire aussi:  Ukraine - Le secrétaire américain à la défense se rendra à Bruxelles, en Slovaquie et en Bulgarie cette semaine

En ce qui concerne ses engagements internationaux, le dirigeant turc a assuré que « la Turquie assume ses responsabilités dans le cadre des institutions et des alliances dans lesquelles elle est impliquée, notamment les Nations unies, l’OTAN et l’Union européenne ».

« Bien sûr, nous ne compromettrons pas nos intérêts nationaux, mais nous ne négligerons pas les équilibres régionaux et mondiaux. C’est pourquoi nous disons que nous n’abandonnerons ni l’Ukraine ni la Russie », a-t-il ajouté.

Erdogan a rappelé qu’ils ne renonceront pas à leurs « alliances politiques, économiques et militaires » malgré toutes les injustices et les doubles standards dont la Turquie a été victime, selon lui. Il a souligné les « sensibilités humanitaires » du pays face à tous les conflits.

« Nous continuons à accueillir tous les réfugiés de tous les coins de notre région, en particulier la Syrie, malgré toutes ses difficultés. C’est pourquoi nous entretenons des relations étroites avec toutes les géographies opprimées, de l’Afrique à l’Amérique du Sud, et nous n’abandonnons personne, aucune société ni aucun État qui sollicite notre aide ou a besoin de notre soutien », a-t-il conclu.

Emily Horne, porte-parole du ministère américain de la sécurité intérieure, a également eu un entretien avec le porte-parole du président turc, Ibrahim Kalin, pour discuter d’une « réponse internationale coordonnée » à la crise en Ukraine, selon un communiqué de la Maison Blanche.

Article précédentJared Leto s’enfonce dans l’univers de Spider-Man dans le dernier trailer de Morbius.
Article suivantGestamp renoue avec les bénéfices en 2021, après avoir gagné 155 millions d’euros