Accueil Economie L’économie marocaine souffre d’un chômage élevé et d’un déficit commercial chronique

L’économie marocaine souffre d’un chômage élevé et d’un déficit commercial chronique

362
0

Le bulletin du Haut-commissariat au plan rapporte que le déficit commercial a augmenté de 42,9% à 65,57 milliards de dirhams, les importations augmentant de 34,1% à 165,55 milliards de dirhams et les exportations de 29% à 99,98 milliards de dirhams.
Le même bulletin rapporte également que l’économie marocaine a perdu 58.000 emplois entre le premier trimestre 2021 et la même période en 2022. Le taux de couverture a enregistré une perte de 2,4 points pour s’établir à 60,4%, contre 62,8%.
Le Maroc dépend à plus de 50 % de sa consommation d’énergie du pétrole et, en tant que pays non producteur de pétrole, les importations de carburant constituent une part importante des importations, et ce pourcentage augmente avec la hausse des prix du pétrole, comme c’est le cas actuellement. an.
Le Maroc étant importateur de denrées alimentaires, notamment de céréales, il a été affecté par la hausse du prix du blé, ainsi que la hausse du prix de la tonne de maïs et de sucre, qui a alourdi la facture des importations alimentaires de 24,3%.
Malgré le doublement des exportations de phosphates et de ses dérivés, qui se sont élevées à 24,54 milliards de dirhams jusqu’à fin mars 2022, contre 13,43 milliards de dirhams durant la même période l’an dernier, le poids relatif des phosphates dans les exportations totales n’est pas important, ce qui conduit en général à la poursuite du déficit de la balance commerciale, qui est Le déficit commercial des matières premières est ininterrompu depuis de nombreuses années.
Bien que le taux de couverture se soit amélioré l’année dernière, cela était lié à une baisse des importations en raison de la baisse des prix du pétrole et de l’impact du virus Corona sur le commerce international.
Bien que le Maroc ait réalisé un excédent continu de la balance commerciale des services grâce aux revenus du tourisme, le déficit du commerce des matières premières est généralement supérieur à l’excédent des services, et la réalisation des revenus des envois de fonds des travailleurs marocains à l’étranger n’a pas empêché le déficit d’atteindre le niveau actuel. solde du compte.
Un autre facteur affectant l’économie marocaine est l’instabilité des changements climatiques, car le secteur primaire dépend de la pluviométrie, sachant qu’il absorbe environ un tiers des emplois, et donc les périodes de sécheresse, comme c’est le cas aujourd’hui, affectent non seulement le manque de production de produits agricoles de base Selon le bulletin de la Commission du plan, le Maroc a perdu 148 000 emplois en milieu rural, après la perte de 202 000 emplois l’année précédente.
L’activité touristique s’efforce de sortir du goulot d’étranglement après avoir gravement souffert des répercussions du virus Corona, qui a entraîné une baisse de ces revenus, avec une diminution du nombre de touristes arrivant.
De manière générale, l’économie marocaine a été affectée par le ralentissement de nombreux pays européens ; C’est quelque chose qui ne s’est pas produit au cours des vingt dernières années, malgré les conditions de sécheresse de certaines années, qui affectent généralement la baisse du taux de croissance, mais il est resté positif tout au long de ces vingt années.
En raison de sa proximité géographique et de ses relations historiques, l’Europe représente le plus grand partenaire commercial, car sa part du commerce extérieur est en moyenne de 66 % et sa part moyenne du tourisme étranger est de 78 %. Les pays européens absorbent également la plus grande partie de la communauté marocaine à l’étranger, et donc la plus grande part de ces transferts. emploi.
Il ressort de tous ces chiffres et données négatives que l’économie marocaine se plaint encore du dilemme d’un manque d’articulation et d’une dépendance structurelle à de nombreux facteurs, parmi lesquels nous citons principalement les conditions climatiques, la croissance attendue dans les pays européens, et la chocs, comme cela se produit aujourd’hui à la suite de la guerre russo-ukrainienne, qui entraîne une augmentation des emprunts extérieurs. Surtout du Fonds monétaire international.

Lire aussi:  Taghazout Surf Expo accueille le premier salon du surf en Afrique

< Mustafa Al Salki

Marrakech, 2022-05-05 19:34:44 (Maroc-Actu) –

Article précédentVers une nouvelle conception du système de déclaration obligatoire de propriété
Article suivantLe secteur minier renforce ses performances en 2021