Accueil Economie Le faux papillon met les agriculteurs marocains en difficulté

Le faux papillon met les agriculteurs marocains en difficulté

165
0

Les données reçues du registre « Europhyt-Traces » de la Commission européenne (CE) en novembre dernier ont révélé qu’une cargaison de grenades marocaines avait été interceptée parce qu’elle contenait le « faux papillon » (Thaumatotibia leucotreta), sur fond de demandes des autorités espagnoles de vérifier l’étendue de la infestation. la propagation des insectes au Maroc.
À cet égard, Intercitrus a confirmé que le refus d’entrée de la cargaison a eu lieu au port d’Almeria, où la société espagnole « Fito » (affiliée au ministère de l’Agriculture, MAPA) a obtenu le résultat positif et a arrêté l’entrée de la cargaison.
A cet égard, Intercitrus, la société espagnole d’oranges et de mandarines, a appelé à une reconsidération des relations commerciales avec le Maroc, après la découverte du faux papillon (Thaumatotibia leucotreta) dans une cargaison de grenades en provenance de ce pays, appelant les autorités européennes à envoyer des inspecteurs pour vérifier l’étendue de la propagation. L’insecte au Maroc, et a appelé à la ratification des résultats, et à la nécessité de reconsidérer les politiques commerciales et sanitaires au cas où la présence de ce ravageur serait confirmée au Maroc.
Intercitrus a souligné la nécessité de réévaluer les relations commerciales entre l’Espagne et le Maroc, qui est considéré comme le plus grand fournisseur non communautaire de fruits et légumes du pays et le cinquième fournisseur de l’ensemble de l’Union européenne.
L’entreprise espagnole a considéré que la découverte du faux papillon dans les fruits de grenade en provenance du Maroc constitue une menace pour la production agricole en Espagne, et met la production des régions voisines, comme celles qui produisent des mandarines et des oranges, en plus de tous les autres fruits , en danger.
Cette mesure est née de la crainte que la propagation de cet insecte ne pénètre dans les pays de l’Union européenne et ait un impact dévastateur sur les cultures agricoles et les arbres. Cela pourrait également causer de graves dommages aux fruits à noyau, aux pommes, aux avocats, aux olives, aux kakis, aux grenades, aux poivrons, aux tomates, aux aubergines, aux roses, etc. Chêne.
À son tour, la présidente de l’Association professionnelle espagnole des oranges et des mandarines, Imaculada Sanfelio, a souligné que « cette objection devrait mettre en alerte l’ensemble du secteur espagnol et européen des fruits et légumes », estimant que si les soupçons se confirment, la Commission européenne doit repenser sa politique contre ce ravageur, qui le combat en priorité.»
Si les soupçons se confirment et que T. leucotreta est signalé au Maroc, selon Sanfelio, « l’Union européenne constatera que les trois principaux fournisseurs non européens de clémentines et de mandarines souffrent tous de ce ravageur, ce qui signifie qu’elle sera obligée de imposer également un traitement par le froid aux mandariniers de ces pays. Les trois (Maroc, Afrique du Sud et Israël), et pas seulement sur les oranges provenant de zones touchées par ce ravageur, comme c’est le cas actuellement.
À cet égard, le président de l’Association professionnelle confirme qu’à ce jour et pour la deuxième campagne consécutive, « les expéditions d’oranges d’Afrique du Sud vers l’Union européenne ne respectent toujours pas largement la transformation à froid approuvée par la Commission européenne en mai. 2022. »

Lire aussi:  Bank Al-Maghrib pompe 76,2 milliards de dirhams

Abdel Samad, Dunedin

Marrakech, 2023-12-21 18:45:51 (Maroc-Actu) –

Article précédentDifférents points de vue sur la critique, la production et les politiques publiques dans le secteur cinématographique.
Article suivantLa jeunesse marocaine participe au concours international de robotique et d’intelligence artificielle