Accueil Divertissements En présence d’une distinguée délégation théâtrale marocaine…le lancement de la 14ème session...

En présence d’une distinguée délégation théâtrale marocaine…le lancement de la 14ème session du Festival du Théâtre Arabe à Bagdad

218
0

Mercredi 10 janvier 2024, les activités de la 14ème session du Festival de théâtre arabe, accueillie par la capitale irakienne, Bagdad, et organisée par l’Autorité du théâtre arabe en partenariat avec le ministère irakien de la Culture et le Syndicat des artistes irakiens, débutera mercredi. Les activités se poursuivront pendant neuf jours et nuits jusqu’au 18 de ce mois. .
Nul doute que cette session promet beaucoup, car elle se caractérisera par une richesse exceptionnelle et une programmation riche, et elle portera également en elle, outre les traditions du festival, quelques évolutions et changements, que ce soit au niveau de la programmation ou structure organisationnelle ou au niveau de la communication et du rayonnement… Peut-être l’élan des représentations théâtrales et la différence dans ses approches artistiques, ainsi que le « Studio d’Analyse » qui remplace les séminaires appliqués, et la nouvelle perception du champ intellectuel de le cours et la multiplicité de ses axes et thèmes… Tout cela sera rempli de nombreux ajouts qualitatifs et formera un espace spacieux de spectacle et de jouissance artistique, un cadre ouvert de connaissance et d’échange, et une plateforme ouverte pour la participation du plus grand nombre d’auteurs dramatiques. Artistes, chercheurs, critiques et personnes intéressées.
Il est donc attendu que ce cours, que ce soit dans son aspect artistique créatif ou dans son aspect culturel intellectuel, contienne de nombreuses questions émergentes dans le monde théâtral, notamment dans la scène théâtrale arabe actuelle. Où nous assisterons à différentes représentations et expériences théâtrales avec un nouveau souffle et des suggestions et efforts visuels et visuels, dont la plupart sont la créativité de la nouvelle génération de la jeunesse théâtrale arabe, pleine d’énergies créatrices et de compétences culturelles.
Nous apprécierons également la recherche scientifique, à la fois théorique et critique, qui sera présentée par un groupe d’élite de femmes et d’hommes de la recherche théâtrale lors des séminaires intellectuels du festival, qui se dérouleront sous le slogan permanent « Pour un théâtre arabe nouveau et renouvelé ». », et son axe central s’articulera autour du thème « Le théâtre dans le monde arabe, aujourd’hui et ici… la responsabilité ». Trajectoires, transitions et échos. Il s’agit d’un sujet de la plus haute urgence qui soulèvera inévitablement un certain nombre de questions liées à la qualité et à la nature de la créativité théâtrale arabe aujourd’hui, dans sa relation avec le monde et les changements qui émergent autour d’elle… et aussi dans sa relation, principalement, avec l’art théâtral en général et les questions et défis posés par la mondialisation, les nouvelles technologies et l’espace numérique.
Dans le domaine intellectuel général, le festival nous donnera l’occasion d’écouter et d’en apprendre davantage sur les expériences théâtrales palestiniennes réussies lors d’une session intitulée « Théâtre et résistance culturelle en Palestine », où nous examinerons des exemples de l’expérience du Théâtre de la Liberté de Jénine. Et le théâtre populaire de Ramallah ; Théâtre Sanabel à Jérusalem.
Parce que la Palestine traverse actuellement des jours encore plus tragiques, en raison de la guerre barbare israélienne contre Gaza, et pour exprimer la solidarité des théâtraux arabes avec la Palestine, son peuple et ses dramaturges, et pour exprimer leur condamnation de la brutale agression sioniste, l’ouverture de la série de représentations théâtrales sera palestinienne avec la représentation de la pièce « Gaza Metro » par le Freedom Theatre du camp de réfugiés. Jénine, d’après un scénario de Khawla Ibrahim, préparé par Muhammad Abu Sal, réalisé par le Français Hervé Loichimol.
Comme d’habitude, l’ouverture du festival coïncide avec la commémoration par les dramaturges arabes de la Journée du théâtre arabe. L’Autorité du Théâtre Arabe a chargé chaque année, depuis sa création en 2008, un créateur arabe d’écrire le mot/message de la Journée du Théâtre Arabe, comme il a été décidé lors de sa conférence fondatrice de créer cet anniversaire, après quoi l’autorité a décidé de lancer le Festival de théâtre arabe, dont le Caire a accueilli sa première session en 2009.
Si le premier message pour la Journée du Théâtre Arabe, écrit par le Libanais Dr Yacoub Chedrawi, prononcé lors de la conférence fondatrice de l’organisme, a ensuite été prononcé à l’ouverture du festival depuis sa première session en 2009 au Caire, où il a été écrit par l’artiste égyptienne Samiha Ayoub. Ainsi, plusieurs dramaturges arabes ont été affectés à cette honorable mission culturelle, dont trois femmes, l’artiste Nidal Al-Ashqar étant considérée comme la quatrième d’entre elles, après l’actrice marocaine Soraya Gibran à la session de Doha (2013), la Koweïtienne Souad Abdullah à la session d’Amman (2012), et l’Égyptienne Samiha Ayoub, comme mentionné précédemment, à la session du Caire (2009). Le choix de l’artiste et activiste Nidal Al-Ashqar pour éditer et réciter le message de cette année a plus qu’une signification symbolique. Le premier salue la présence significative des femmes de théâtre arabes à travers la carrière de l’artiste libanais Nidal Al-Ashqar. La seconde est de valoriser les valeurs de lutte, d’engagement et de liberté que Nidal Al-Ashqar a toujours défendues, que ce soit dans les enceintes culturelles ou politiques. Le troisième, mais non le moindre, est d’envoyer un signal d’amitié et de solidarité au peuple libanais et au théâtre libanais. Peut-être que le vocabulaire et les textes du message de cette année reflètent la profondeur des questions sur la démocratie et la liberté qui entourent notre théâtre arabe ici, maintenant et demain.
D’autre part, il convient de noter et de saluer la qualité de la participation marocaine à cette session, puisqu’y participera une importante délégation théâtrale, composée de trois troupes de théâtre et de 57 artistes hommes et femmes, parmi lesquels des comédiens, des écrivains, des metteurs en scène, des critiques, et des chercheurs, ainsi que des journalistes de la presse marocaine.
Quant aux représentations théâtrales qui ont été sélectionnées par un comité spécialisé, deux pièces de théâtre marocaines participeront à la compétition officielle du festival, qui est « la voie de compétition pour le prix de Son Altesse Cheikh Dr. Sultan bin Muhammad Al Qasimi », à savoir : la pièce « Ecstasie », de la Fondation pour les Cultures Pays de Chaouen, de Chefchaouen. Écrit et réalisé par Yassin Ahjam. Et la pièce « Teknaza, l’histoire de Touda », de la troupe de théâtre Fawanes de Ouarzazate, écrite par Tariq Al-Rabh, Ismail Al-Orabi et Amin Nassour, mise en scène par Amin Nassour. A noter que 13 troupes de théâtre arabes concourront pour ce prix.
Participe en marge du concours au deuxième volet la pièce « Kalam », du Théâtre Chamat de Meknès, sur un texte de Mohamed Barrada (Mots effacés par les mots), mise en scène par Bousselham Al-Daif, dans le cadre de 7 représentations. participant en marge de la compétition officielle.
De nombreux chercheurs marocains participeront également aux débats du « Studio d’analyse » et aux séminaires de la conférence intellectuelle du festival.
On sait que le théâtre marocain, que ce soit à travers ce festival ou d’autres festivals, occupe une place prépondérante sur la scène théâtrale arabe, en termes de créativité et de recherche, puisque les dramaturges marocains ont été couronnés en plus d’une séance en remportant le prix « Son Altesse Cheikh Dr « Prix Sultan bin Muhammad Al Qasimi », qui a été remporté par la pièce « Kharif » lors de la neuvième édition en 2017, produite par la troupe « Anfas » et mise en scène par Asmaa Al-Huri. Et la pièce « Solo » dans la dixième édition en 2018, produite par la troupe « Akon » et préparée et mise en scène par Muhammad Al-Horr. Plusieurs jeunes chercheurs marocains ont également été sacrés au concours de la recherche scientifique théâtrale.
En conclusion, nous ne pouvons que souhaiter beaucoup de succès et de succès aux travaux de la session de Bagdad.

Lire aussi:  La photo la plus mignonne de Chris Hemsworth avec ses enfants déguisés en Thor

Écrit par : Al-Hussein Al-Shaabi

Marrakech, 2024-01-09 18:05:17 (Maroc-Actu) –

Article précédentIKEA rappelle un chargeur USB ÅSKSTORM 40 W gris foncé
Article suivantOrganisation de la sixième étape des journées économiques maroco-françaises à Nantes