Accueil Economie Les travailleurs du secteur maritime exclus de toute indemnisation suite à une...

Les travailleurs du secteur maritime exclus de toute indemnisation suite à une manifestation contre les filets dérivants

227
0

Les marins de la pêche côtière et traditionnelle du pays, exclus de l’indemnisation des filets dérivants, ont manifesté devant le siège du ministère de la Pêche à Rabat, avant de se lancer dans d’autres formes de protestation.
Les marins réclament que soit reconsidéré l’accord conclu avec un bureau qu’ils qualifient de « faux », selon lequel une enveloppe financière estimée à 40 millions de dirhams a été décaissée, sans qu’ils perçoivent leurs cotisations, censées atténuer les conséquences de l’abandon du navire. utilisation de filets dérivants.
Les travailleurs de la marine reprochent au ministère de tutelle d’avoir autorisé, dans le cadre du projet de loi de finances 2024, à allouer la même enveloppe financière aux opérations de lutte contre les attaques du dauphin noir surnommé « le Nécro ».
Les marins ne voient pas d’inconvénient à ce que leurs collègues apportent leur soutien pour mettre un terme aux attaques contre ce qu’ils capturent après de nombreux efforts. Cependant, ils reprochent au ministère de tutelle d’exploiter le problème pour transférer l’argent de manière légale dans le cadre de la loi de finances. Ils reprochent également au ministère de les ignorer car le montant susmentionné était auparavant alloué aux marins-pêcheurs. Populations côtières et traditionnelles touchées par les impacts sociaux qu’ils ont subis suite à la décision d’interdire l’utilisation des filets dérivants.
Le Syndicat unifié des marins de la pêche côtière et traditionnelle au niveau national, affilié à l’Union nationale du travail au Maroc, s’est étonné de voir à quel point la couverture financière a été détournée de sa trajectoire initiale, cette couverture financière étant inscrite dans la loi de finances 2024.
Le syndicat a déclaré, dans une lettre de protestation, dont une copie a été obtenue par Bayan Today, que les travailleurs maritimes sur tout le territoire national attendent depuis 2015 de corriger une grave erreur représentée dans le décaissement de ce soutien financier, en 2015, pour parties sans rapport avec l’activité de pêche maritime, et ils espéraient qu’il sera obtenu au bout de quatre ans, selon l’accord conclu avec l’Union européenne, mais son attente durera jusqu’en novembre 2023, date à laquelle le ministère lui portera un nouveau coup en détournant le support vers une autre destination à nouveau.
Dans une déclaration au journal, Rachid Al-Suhaili, secrétaire général du Syndicat unifié des marins de la pêche côtière et traditionnelle au niveau national, affilié à l’Union nationale du travail au Maroc, a déclaré que les marins marocains attendent toujours le mot. justice sur ce qui s’est passé lors de la réunion tenue le 8 février 2013, au cours de laquelle « la signature d’un « rapport étrange et illégal » au siège du ministère à Rabat, selon lequel des soutiens financiers ont été distribués à des parties sans lien avec les personnes touchées par l’interdiction des filets dérivants.
L’Union unie des marins de la pêche côtière et traditionnelle au niveau national, affiliée à l’Union nationale du travail au Maroc, souligne que 1.200 marins attendent toujours que « l’erreur fatale » soit corrigée et que les 40 millions de dirhams alloués dans le cadre du La loi de finances 2024 doit être décaissée à leur profit au lieu d’être affectée à faire face aux attaques des « Nécros ». J’ai attiré l’attention sur la marginalisation et l’injustice avec lesquelles ce syndicat est traité, sachant qu’il est le représentant légitime et légal des gens de mer au niveau national.
Rachid Al-Suhaili a appelé à la nécessité d’ouvrir un dialogue sérieux avec ledit syndicat, affilié à l’Union nationale du travail au Maroc, et de lui accorder le droit d’assister, de discuter et de soutenir conformément à ce qui est stipulé dans le Premier ministre. Circulaire ministérielle n° 94/74, qui exhorte les ministères et les institutions publiques à ouvrir la porte au dialogue avec les syndicats sans discrimination. Selon ce qui est stipulé dans le contenu de la constitution du pays, qui appelle à une approche participative avec les syndicats avant de prendre toute décision concernant le secteur de la pêche maritime et son élément humain.

Lire aussi:  Lancement des travaux de la nouvelle feuille de route du secteur du tourisme

Marrakech, 2023-12-12 18:50:08 (Maroc-Actu) –

Article précédentPlus de 230.153 nouveaux « passeports » ont été vendus en 2022
Article suivantLe déficit budgétaire atteindra 51,4 milliards de dirhams à fin novembre 2023