Accueil Divertissements Film IO CAPITANO : Matteo Garrone retrace les traces de la mort...

Film IO CAPITANO : Matteo Garrone retrace les traces de la mort des migrants entre le désert libyen et les eaux de la Méditerranée

188
0

De nombreux films cinématographiques ont traité du thème de la migration irrégulière, considérée comme un phénomène mondial entre les pays du Nord et du Sud. Cependant, le film IO CAPITANO (Je suis le capitaine) reste l’une des pièces importantes du cinéma, car il a reçu l’approbation du public et de la critique, en plus de remporter un groupe de prix internationaux, pour la sobriété de son intrigue narrative, la précision du diagnostic « humain » et l’éloquence de la photographie.
Dès que l’on parle de migration irrégulière en provenance des pays du tiers monde, des images de marginalisation, de pauvreté, de famine, de guerres, de criminalité, de chômage et d’absence de services d’éducation et de santé viennent à l’esprit du public, ce qui signifie que le destinataire vient au film avec une connaissance suffisante du sujet, mais le réalisateur italien Matteo Garrone a essayé de briser l’horizon de cette attente, en se basant sur la construction d’une histoire cinématographique différente de cette pensée narrative directe, ainsi qu’en évitant de reproduire les expériences des films précédents. travaux.
Dans cette œuvre, Matteo Garrone s’est appuyé sur deux comédiens non professionnels, Seydou Sarr (Seydou, 16 ans) et Mustafa Vall (Moussa). Le point de départ de leur voyage était de Dakar, la capitale du Sénégal, en passant par le Mali et arrivant en Libye puis en Italie, où ils rêvent de devenir une star du rap. Dans lequel.
Les scènes du film (121 minutes) commencent dans un quartier populaire de Dakar qui, malgré sa pauvreté généralisée, montre des signes d’extraversion, d’ouverture et de célébration collective de la vie dans des « carnavals » nocturnes et des séances intimes privées entre voisins. Cela attise l’attention de Sidou qui réfléchit… Il manque profondément l’atmosphère de ce « fantasme » qui fait oublier les conditions de vie du pays.
Il est arrivé une nuit que Sido ait contacté sa mère au sujet de l’immigration irrégulière, alors qu’ils étaient arrivés du « carnaval », pour connaître sa position sur la question. Elle a exprimé sa colère et son rejet total de l’idée qu’elle accusait ses pairs d’avoir implanté dans son esprit, et le matin elle a prévenu son cousin Musa de ce que Rébecca préparait. Son fils, désormais déterminé à partir.
Afin que le réalisateur renforce les voix contre l’immigration des jeunes vers leur pays d’origine, il a filmé pour nous la réaction de colère de Sisko face à la demande de Sido et Musa d’intervenir pour qu’ils obtiennent leur billet de transit vers l’Europe, après avoir collecté une somme importante. d’argent, grâce à un travail quotidien dans diverses activités, parallèlement aux études, et Sido qui tient un magasin à Malak. Sa mère.
Planifier, collecter de l’argent et essayer de convaincre les membres de la famille n’étaient pas suffisants pour que Sidou et Musa quittent le pays. Au contraire, ils avaient également besoin d’un visa pour les ancêtres dans les tombes, car l’un des prêtres les invitait à demander leur recommandation avant de voyager, et donc la solution est d’essayer par le biais des mythes, du charlatanisme et de la magie. La sorcellerie, considérée comme faisant partie de la culture populaire de certains résidents africains, confère le caractère étrange et miraculeux qui confère à l’expérience de migration, qui nécessite une purification spirituelle avant une préparation matérielle et physique.

Retrouver les traces de la mort
Sidou et son cousin Moussa ont voyagé du Sénégal au Mali dans un bus usé. N’ayant pas de passeport, lors d’une halte, ils ont été contraints de recourir aux services d’une personne spécialisée en faux. Cependant, la sécurité frontalière malienne découvrira cette falsification de documents et exigera qu’ils reçoivent une somme d’argent en échange de leur autorisation de passage.
Sido et Musa comprendront, à partir de cette expérience de « passeport », que le chemin vers la migration irrégulière n’est pas aussi facile qu’ils l’imaginaient, compte tenu de la présence de nombreux extorsionnistes se faisant passer pour des gardes-frontières et de la mafia du trafic d’êtres humains qui vole les parts financières détenues par les migrants.
Cette question deviendra claire en arrivant au Mali et en recherchant un réseau spécialisé dans le trafic de migrants à travers le désert du Sahara vers la Libye. À cet égard, le réalisateur italien a excellé en filmant la scène du voyage qui a commencé de nuit dans trois voitures, derrière les scènes « photographiques » des dunes. Les sables sablonneux et les hautes montagnes du désert documentés par la caméra, Matteo Garrone nous rapproche de la traversée accidentée des migrants à travers cet espace aride, dans lequel il faut recourir aux services de passeurs, en raison de leur expérience dans les routes menant à la capitale de la Libye, Tripoli.
Les migrants qui accompagnaient Sidou et Musa dans leur difficile voyage vers la Libye pensaient qu’ils pourraient atteindre Tripoli en voiture, avant que les passeurs ne leur demandent, sous la menace d’une arme, de sortir des véhicules et de terminer le parcours à pied à travers les dunes de sable. les migrants de tous âges découvriraient des femmes et des hommes. La présence de corps humains gisant au bord de la route indique le manque de résilience des migrants face au dur enfer du désert.
Traverser la route nécessite une force physique et une bonne forme physique, ce que les personnes âgées ne réussissent pas, comme par exemple une femme qui faisait partie du groupe de Sido et Musa, décédée en traversant le désert à pied, ce que Sido a réagi avec humanité et a essayé de lui apporter de l’aide au bon moment. Ce qui ne prêtait pas attention à sa situation, c’était le reste des immigrés qui ne pensaient qu’à eux-mêmes.
La menace d’extorsion est l’un des principaux enjeux du voyage des migrants irréguliers, c’est pourquoi, avant de partir, ils prennent les précautions nécessaires en créant de nouvelles formes pour conserver l’argent le plus longtemps possible, et en échange de cette planification préalable, les agents frontaliers et les bandes organisées développent également leurs mécanismes opératoires pour découvrir les lieux où est stocké l’argent. Il contient les ressources financières des candidats à la migration, car certains d’entre eux les gardent dans leur anus. Ainsi, les forces frontalières libyennes inviteront certains membres du convoi Sido à boire une substance qui provoque la diarrhée à l’époque, et on découvrira que Musa garde de l’argent dans son anus, ce qui entraînera une peine de prison.
Si le sort de Moussa est un emprisonnement aux mains de la Garde libyenne, alors Sido se retrouvera entre les mains d’un gang de trafiquants d’êtres humains. Il sera détenu aux côtés d’autres groupes dans un lieu désolé, torturant et tuant des personnes dont les familles ne paient pas d’argent pour leur liberté. Mais Sido aura de la chance, après un partage. Dure torture. Lors d’une rencontre avec Martin, doué en construction, il demandera aux membres du gang de l’accompagner pendant qu’il le vendra à une personne influente en Libye. Il recherche un constructeur expérimenté dans la construction de clôtures autour des maisons.
La récompense de Martin et Sidou sera la liberté, compte tenu de leur maîtrise du travail qui leur est demandé, et le propriétaire de la maison leur fournira un billet pour voyager du désert libyen à Tripoli. La première chose à laquelle Sidou a pensé alors qu’il était dans la capitale libyenne a été de rechercher Moussa dans les quartiers habités par les Sénégalais. Après l’échec de sa tentative, Musa arrivait aux ateliers de construction où travaille Sidou, et il était dans un état de santé critique, suite à une balle dans la jambe reçue par les forces de sécurité libyennes pendant un moment. Évadez-vous de prison.

Lire aussi:  Saison théâtrale : signes et aspirations - bayanealyaoume

Je suis le capitaine… je suis le capitaine
L’expression par Moussa de son refus d’aller à l’hôpital pour soigner sa blessure accélérera la recherche de Sido de départ de Tripoli vers l’Italie, où il soignera son compagnon en cours de route, et parce que la Libye est considérée comme une porte d’entrée vers l’autre côté. , Sido n’a pas eu de difficulté à trouver un voyage mortel sur les vagues de la mer. La Méditerranée, avec les généreuses facilités de l’agent du trafic d’êtres humains, qui a répondu à sa demande de départ de deux personnes pour le prix d’un billet pour un seul article.
Cependant, cette acceptation de l’offre n’était pas gratuite, mais plutôt en échange de la mission de Sidou de conduire le navire destiné à transporter de jeunes enfants, des femmes enceintes, des vieillards et des jeunes hommes, depuis la côte libyenne vers l’Italie. Quelle conscience humaine permettrait de confier une tâche d’une telle ampleur à un jeune qui ne comprend rien aux… mondes marins ?
Sido a accepté l’offre à contrecœur, car il avait besoin de partir, sachant que les immigrants ne protestaient pas contre le fait que les membres du gang lui confiaient cette grave responsabilité. En fin de compte, le réalisateur montrera comment Sido a réussi à piloter le navire vers la côte italienne et a commencé à crier après les passagers de l’hélicoptère de sauvetage italien. En Sicile, « Je suis le capitaine… Je suis le capitaine… », malgré les difficultés qui l’ont frappé en mer, comme le travail d’une femme enceinte et l’étouffement des jeunes hommes qui se cachaient près du moteur, en plus de l’éclatement de conflits entre les immigrés.
La fin positive du film, à la lumière de toutes les tragédies documentées, montre comment Matteo Garrone a essayé d’être optimiste quant à l’avenir des survivants, qui cherchent une seconde chance de se réaliser en Europe, sachant que le désert libyen et le La mer Méditerranée était autrefois un cimetière pour les rêves de nombreux immigrants sans papiers. Des habitués.
Une fois arrivés sains et saufs, Sidou, Musa et ceux qui les accompagnent réussiront-ils à régulariser leur statut légal, ou seront-ils expulsés ? S’ils restent sur le sol italien, dans quelle mesure pourront-ils s’intégrer dans la société face à l’extrême droite qui assume la tâche de diriger le pays et à la rhétorique croissante du refus d’accueillir et d’accueillir les immigrés ?
Il convient de noter, au final, que le film IO CAPITANO, dont certaines scènes ont été tournées au Maroc, a remporté de nombreux prix lors de la récente Mostra de Venise (2023), et que l’Italie l’a choisi pour le représenter dans la course au l’Oscar du meilleur film étranger (2024).

Lire aussi:  Netflix ramène la série qui a fait de Zelenski le président de l'Ukraine, Servant of the People.

Scénario : Youssef Al-Khaidar

Marrakech, 2024-01-23 12:17:24 (Maroc-Actu) –

Article précédentOrganisation de la première édition de l’événement technologique « Tiztec Event » à Tiznit
Article suivantL’épuisement des ressources en eau des fabricants de boissons gazeuses remet en question l’équité et l’efficacité des mesures annoncées