Accueil Sciences & Tech Organisation de la première édition du « Cyber ​​Security Day » à...

Organisation de la première édition du « Cyber ​​Security Day » à Casablanca

343
0

Ineos Cyberforces Group, principal acteur marocain dans le domaine de la sécurité de l’information, en partenariat avec Wavestone, société leader de conseil en technologies, a organisé la première édition du « Cybersecurity Day ». Les activités de cette manifestation tournaient autour du thème : « Défis et perspectives de la résilience numérique au Maroc ». Cet événement, qui s’est tenu le 21 novembre à Casablanca, a vu la participation de nombreux experts et chercheurs distingués venus discuter et échanger sur le thème et les enjeux de la résilience numérique pour les institutions privées et publiques. L’objectif principal de cet événement est d’échanger des expériences, des évaluations et des retours d’expérience liés au thème central de la cybersécurité.

Après avoir remercié tous les participants, ainsi que les principaux partenaires de cet événement, dont Wavestone, Fortinet, Netscout, IDC et Dell Technologies, Reda Baqali, PDG du groupe Ineos Cyberforces, a souligné lors de son discours d’ouverture à l’occasion : « La Journée de la Cybersécurité , dont la première édition se tient aujourd’hui, est la première conférence entièrement consacrée à la discussion et à l’examen des derniers développements, enjeux et défis liés à la sécurité de l’information et à la cybersécurité. Nous soulignons que nous aurons à cœur, dans les années à venir, d’organiser de nouvelles sessions de cet important événement, qui, dans sa première édition, a vu la participation d’un groupe d’experts distingués et d’acteurs clés du domaine.

Dans le même contexte, Reda El-Bakali a souligné que le monde a désormais franchi le seuil symbolique des 1 000 milliards de dollars, soit 1% du produit brut mondial. Il a ajouté : « La question de la cybersécurité est aujourd’hui devenue un sujet mondial et crucial qui nécessite un changement qualitatif et un changement fondamental de paradigmes. » Le Maroc, pays en pleine croissance dans le domaine numérique, joue un rôle continental dans le domaine de la sécurité numérique. D’autant que le Royaume du Maroc a modernisé ses infrastructures et renforcé sa résilience dans le domaine de la cybersécurité. Toutefois, selon Interpol, le Maroc reste le pays africain qui a subi le plus grand nombre d’attaques en ligne cette année.

Lire aussi:  Le casque de réalité virtuelle d'Apple arrive sur le marché américain pour 3 500 $

De son côté, Shelby Handa, directrice associée de recherche à l’International Data Corporation (IDC), a partagé de nombreux chiffres importants sur la répartition des cyberattaques au Maroc et en Afrique. Elle a ajouté : « De nombreux pays africains, dont le Maroc, le Kenya et l’Afrique du Sud, sont toujours très vulnérables aux cyberattaques de toutes sortes. » Le secteur public, le secteur bancaire, ainsi que les secteurs des communications et de l’industrie restent parmi les secteurs les plus ciblés par les attaques électroniques. En février dernier, les banques marocaines avaient prévenu leurs clients de possibles attaques frauduleuses par SMS. Parmi les solutions qui ont été adoptées suite à la présentation présentée dans ce contexte, nous mentionnons la meilleure répartition du budget alloué à la sécurité du cloud, ainsi que le travail visant à renforcer davantage ce budget, avec la nécessité d’augmenter les investissements dirigés vers tout ce qui concerne au développement des infrastructures, en plus d’un mélange avancé de technologies. actuel, surtout à l’ère de l’intelligence artificielle avec la nécessité d’utiliser un langage commercial plus précis.

Lire aussi:  Une délégation de l'Organisation Arabe de Développement Administratif explore les opportunités d'investissement dans la région Casablanca-Settat

Quant à Frédéric Gou, associé de recherche en cybersécurité chez Wavestone, il a abordé dans son intervention la question de la note globale de maturité, qui a connu cette année une hausse de 3 points par rapport à 2022, passant ainsi à 49 sur 100 en 2023. les entités sont devenues des acteurs publics sont de plus en plus conscients de l’importance de fortifier et de protéger leurs données sensibles contre toute cyberattaque potentielle en allouant au moins 5 % de leur budget informatique à la cybersécurité, en particulier les attaques qualifiées d’opportunistes, comme ce type d’attaques. Les attaques visent spécifiquement les petites entreprises, suivies par des menaces de divulgation publique des données.» Les participants à cet événement ont convenu à l’unanimité de la nécessité de surmonter la complexité des systèmes et des processus informatiques ; Ils ont également réaffirmé et pleinement accepté le principe suivant : « La complexité est l’ennemi numéro un de la cybersécurité ». Plusieurs points clés ont également été partagés avec le public, en particulier ceux liés à l’implantation de logiciels malveillants au sein d’une organisation d’importance critique.

A noter que la deuxième partie de la conférence était consacrée à l’organisation d’ateliers sur l’activation de Dell, Netscout et Fortinet. Ces ateliers, suivis de visites médiatiques dans les différents pavillons organisés à l’occasion, ont été l’occasion pour les participants de découvrir et de s’informer sur les dernières innovations et technologies innovantes dans le domaine de la cybersécurité.

Marrakech, 2023-11-26 18:04:55 (Maroc-Actu) –

Article précédentLe Groupe Al-Omran lance une plateforme électronique comprenant des services numériques pour la vente de 26 000 produits immobiliers
Article suivantLe Conseil supérieur des comptes publie un rapport thématique sur l’activation de la régionalisation avancée