Accueil Economie 2023 est l’année de la solidarité par excellence – bayanealyaoume

2023 est l’année de la solidarité par excellence – bayanealyaoume

152
0

Dans les prochains jours, le monde s’apprête à dire adieu à l’année 2023 et à célébrer l’arrivée de la nouvelle année 2024. A une telle occasion, on échange certes des vœux, mais on évalue aussi l’année écoulée en jetant un coup d’œil à tout. ce qui a été fait et comment cela a été accompli, et identifier les lacunes dans le but de les surmonter. À l’avenir, mettez en avant les acquis pour mieux les consolider par la suite. Cette approche est valable aux niveaux de l’État, de l’entreprise et des individus. L’évaluation et l’auto-évaluation sont très nécessaires et devraient guider notre travail au lieu d’avancer aveuglément et de nous retrouver face à un dilemme dont nous ne pouvons pas sortir.
Cet article a pour objectif de vous rappeler les événements les plus importants dont le Maroc a été témoin au cours de cette année, un processus que nous entreprendrons de manière sélective si nécessaire. Ainsi, la première chose qui vient à l’esprit est le séisme meurtrier et dévastateur qui a frappé la région du Haouz et le Haut Atlas dans la nuit du 8 au 9 septembre dernier. Ce séisme a causé la mort de près de 3 000 personnes, les blessés de plus de 6 000 personnes. d’autres, la destruction totale ou partielle de milliers de maisons et des pertes massives de biens. Face à cette catastrophe, la réponse du Maroc ne s’est pas fait attendre avec toutes ses composantes, au premier rang desquelles se trouvait le roi du pays. Dès les premières heures, des opérations de secours ont été lancées pour sauver des vies humaines, et plus tard, les besoins les plus urgents ont été répondus en apportant une assistance aux survivants. Tout cela dans une vague de solidarité et de mobilisation populaire sans précédent. Notre pays a su faire de cette crise l’occasion de mettre en œuvre un plan de reconstruction de ces zones d’un montant de 120 milliards de dirhams, et d’en tirer des enseignements pour le développement des régions montagneuses qui souffrent d’une grande fragilité et de conditions de vie extrêmement dures. C’est une partie de notre histoire qui doit être consignée dans une histoire écrite et enseignée aux générations futures afin d’allumer la flamme du patriotisme dans leurs âmes.
Dans le même contexte lié à la question de la solidarité, il convient de noter le lancement de l’assistance sociale directe, qui deviendra une réalité tangible à partir de la fin de cette année. Cette mesure, qui nécessite des sommes importantes (entre 25 et 29 milliards de dirhams), s’inscrit dans le cadre du vaste projet d’universalisation de la protection sociale, qui vise à lutter contre l’extrême pauvreté et à permettre aux enfants de poursuivre leur scolarité. Naturellement, tout doit être fait pour que cette population soit autonome à l’avenir en lui assurant des emplois décents dans des activités créatrices de richesse et préservant la dignité humaine.
Au niveau de l’emploi en particulier, les difficultés persistent et l’année 2023 peut être considérée comme la pire des deux dernières décennies. La contradiction est flagrante entre la croissance économique estimée à 2,7% en 2023 contre 1,3% en 2022, et l’aggravation du taux de chômage, dont le taux passe successivement de 11,4% à 13,5% (17% en milieu urbain) ! Cela fait du chômage une véritable faiblesse des politiques publiques. Parce que l’aggravation du chômage signifie davantage de pauvreté, de fragilité et une faible stabilité sociale. Cependant, l’État et les investissements publics ne devraient pas à eux seuls supporter cet effort, qui ne conduit pas intrinsèquement à la création d’opportunités d’emploi abondantes. Il appartient au secteur privé de faire preuve de plus de patriotisme et d’esprit d’entreprise plutôt que de se contenter de s’emparer des aides et subventions publiques pour finalement « investir » dans des activités spéculatives et rentières. À cet égard, 2023 peut être considérée comme une année blanche en termes de réformes structurelles, de lutte contre l’économie rentière et de faible gouvernance. Nous espérons que les affaires actuellement portées devant la justice dans le cas de ce que l’on appelle désormais « Escobar du désert » constitueront le point d’entrée d’un grand projet de revitalisation de la vie politique et économique pour mettre un terme définitif aux conflits de intérêts et détournements de fonds publics. Notre pays, qui ambitionne de devenir une puissance régionale et revendique légitimement un siège permanent au Conseil de sécurité au nom de l’Afrique, a tout intérêt à persévérer dans cette direction qui lui apportera une plus grande crédibilité et une bonne réputation.
Dans ce contexte, il convient de lire la rencontre au sommet entre Sa Majesté le Roi Mohammed VI et l’Émir des Émirats arabes unis, Cheikh Mohammed ben Zayed Al Nahyan, le 4 décembre. La déclaration signée par les deux chefs d’État portant sur la mise en place d’un « partenariat innovant, renouvelé et approfondi entre le Royaume du Maroc et les Émirats arabes unis » est un texte inédit. Ce partenariat, qui porte sur une série de grands projets qui seront mis en œuvre dans des délais précis et avec des modalités financières précisément définies, reflète le niveau de maturité des relations entre les deux pays et le niveau de confiance entre les deux dirigeants. Il constitue un exemple qui devrait être suivi par les autres partenaires marocains désireux de construire un monde de paix et de prospérité partagée. Rompre avec la vision néocoloniale ne fait que perpétuer les échanges inégaux. Dans l’esprit de cet optimisme, je vous dis, chers lecteurs, une bonne année et que vous vous portez bien.

Lire aussi:  La signature d'un accord d'investissement entre Orange et le gouvernement pour 5,69 milliards de dirhams

> Écrit par : Dr Abdul Salam Al-Siddiqi
Traduit en arabe par Abdul Aziz Boudra

Marrakech, 2023-12-27 18:00:43 (Maroc-Actu) –

Article précédent8,4 milliards de dirhams de revenus de l’ANCFCC au cours de l’année 2023
Article suivantAnnonce d’un programme de soutien aux commerçants touchés par le séisme d’Al Haouz